Le Togo est un pays sous-développé. Son émergence tant clamée par les gouvernants  doit viser son développement.  Le développement du Togo doit tenir compte des réalités du pays et se faire dans la logique purement togolaise. L’on peut s’inspirer des modèles des autres pays mais cela ne doit pas se substituer à ce qu’il y a de positif, de qualitatif dans la logique culturelle togolaise immensément riche pour un développement satisfaisant.

En tenant compte du développement et en mettant en pratique un ensemble de politiques ou d’éléments notamment une politique éclairée et démocratique, une constitution parlementaire rationalisée, des élections transparentes, libres et démocratiques, une politique urbaine conséquente, une bonne gouvernance publique et privée, une politique environnementale, le financement des ONG et partis politiques, le financement des recherches fondamentales et appliquées, la politique économique saine et cohérente, et ce de façon rigoureuse, le Togo aura et tendra vers un développement qualitatif et se fera entendre de manière excellente à travers le monde entier. Avant qu’il y ait développement, il faudrait les éléments précités, le développement étant un ensemble de transformations globales en vue de générer la croissance économique. Cette croissance économique doit être quantitative et qualitative sur une longue durée de façon ininterrompue si l’on prend à cet effet en compte l’hypothèse ceteris paribus, toute chose égale par ailleurs. En plus de cela, il faudrait un changement dans les mentalités et dans les institutions politiques et administratives visant la démocratie, l’Etat de droit, bref le démocratisme intégral.

Il y a donc une relation entre développement, Etat de droit et démocratie. Ceci permet la transparence, la bonne gouvernance publique et privée et le libéralisme économique satisfaisant.

Aussi, l’industrialisation doit-elle viser la transformation des produits et ressources locaux avant de se tourner vers la transformation des produits exotiques, étrangers ou importés. De toute façon, il faut transformer les produits et ressources locaux avant de se tourner vers la transformation des produits exotiques, étrangers ou importés. La transformation des produits et ressources locaux et ceux exotiques, étrangers ou importés garantira au Togo une meilleure industrialisation. Toutefois, nous ne réduisons pas le développement du Togo à la seule industrialisation.

Le développement du Togo doit tenir compte de l’ensemble de facteurs précités, de l’esprit de créativité afin que soient enrayés le chômage et la pauvreté.

L’éducation, l’entrepreneuriat privé et public, les données macroéconomiques et microéconomiques doivent être pris en considération. L’insertion économique et sociale, la création d’emplois, la santé, les droits de l’homme, nullement, ne doivent être ignorés.

Il reviendra alors de définir une politique de développement qui puisse garantir le bonheur et l’épanouissement de tout le peuple togolais.

Analyse: Anges GBEDODE