Au Togo, la loi N°2012-002 du 29 mai 2012 portant code électoral a été modifiée deux fois en février et mars 2013.  Cette loi comporte beaucoup de  dispositions qui ne sont pas  en phase avec  certaines qui contenues dans la loi fondamentale qui était en vigueur à l’époque.  Le fossé s’est exacerbé  encore  en mai 2019 où les députés de la VI e législature ont procédé à la modification de la Constitution en limitant à deux le mandat présidentiel et retouché beaucoup d’autres articles. Du coup le Code électoral est en déphasage avec l’actuelle constitution, d’où la nécessité de sa modification.

Cela urge du fait que les autorités togolaises disent poursuivre le processus de « décentralisation » avec l’organisation au premier trimestre de 2022 des élections régionales. La Concertation nationale entre  acteurs politiques (CNAP) a tenu des rencontres en ce sens tout le long du premier semestre 2021. Le peuple attend la mise en œuvre des conclusions issues de ces travaux et surtout la bonne volonté et l’ouverture politique du parti présidentiel, Union pour la République, présidé par Faure Gnassingbé.