Abdel Fattah Al burhan est le nouvel homme fort du Soudan  juste  après le coup d'Etat perpétré par les militaires ce lundi 25 octobre 2021.  

A qui le tour après le Mali, la Guinée, le Soudan, se demandent beaucoup de peuples africains qui ploient encore sous le joug des dictatures.

Cependant, la question se pose de savoir l'opportunité de ce coup d'Etat qui survient dans un contexte où l'ancienne junte militaire rendra le pouvoir à un civil après l'élection qui se pointe à l'horizon. Le premier ministre civil qui organisera le scrutin a annoncé quelques jours plus tôt le retour à un pouvoir civil. Toute chose qui aurait mis en colère cette junte militaire qui voudrait perpétuer le règne des militaires qui ont toujours pris goût aux délices du pouvoir après le renversement  de l'ancien dictateur,  le maréchal Béchir.

Tout compte fait, tous les coups d'Etat ne sont pas les mêmes, car si certains sont louables, d'autres sont à condamner pour le bonheur des populations. Celui qui vient se produire au Soudan s'inscrit dans la droite ligne du chao: en tout cas c'est inopportun, pensent beaucoup d'observateurs dans la sous région ouest-africaine.