Plus de 100 pays dans le monde dont des pays africains ont été invités par les Etats-Unis à un sommet virtuel sur la démocratie les 09 et 10 décembre 2021. Des chefs d’Etat et de gouvernement, des membres de la société civile ainsi que des représentants du secteur privé y prendront part.

« Pour les États-Unis, le sommet offrira une opportunité d’écouter, d’apprendre et de s’engager avec un large éventail d’acteurs dont le soutien et l’engagement sont essentiels pour le renouveau démocratique mondial (…) », indique le Département d’État américain.

Le Président américain Joe Biden a donc lancé une invitation à 16 pays en Afrique dont 6 dans l’espace CEDEAO : l’Angola, le Botswana, le Cap Vert, la RD Congo, le Ghana, le Kenya, le Libéria, la République de Maurice, la Namibie, le Niger, le Nigeria, le Sao Tomé et Principe, le Sénégal, les Seychelles, l’Afrique du Sud et la Zambie.

Des pays comme la Côte d’Ivoire, le Togo et le Benin ne figurent pas parmi les pays sélectionnés et les Etats-Unis ne se sont pas prononcés à ce propos.

Le cas du Togo  suscite des interrogations. Nombreux sont-ils  à critiquer  la longévité au pouvoir de la famille Gnassingbé qui règne d’une main  de fer sur le pays depuis  1967. Faure Gnassingbé qui brigue un 4e mandat, s'est arrogé un score de plus de 70% des suffrages lors de la présidentielle de Février 2020, un score qu'il n'a jamais obtenu depuis son arrivée au pouvoir en 2005, succédant à son défunt père.