Monseigneur Nicodème Anani BARRIGAH-BENISSAN (photo) n’est pas un Evêque comme les autres. L’homme de Dieu, à travers son message du 1er Janvier 2022, a encore diagnostiqué certains maux  qui gangrènent la vie sociopolitique au Togo : le mensonge, les pseudo-dialogues, le chômage, le manque d’éducation etc.

L’Archevêque métropolitain de Lomé, a souligné dans son message la nécessité de dialoguer, et ceci dans la franchise : « Les Togolais se sont trop mentis et trompés; ils ont mené souvent des «monologues à plusieurs voix » sans trop chercher à bouger de leurs positions. Nombreux sont ceux qui ne  croient plus au dialogue parce qu’ils n’y voient qu’un jeu de dupes », a mentionné Mgr BARRIGAH.

Aussi a-t-il souhaité que "coronavirus sociopolitique" soit guéri en profondeur au Togo.

L’homme de Dieu fait observer que «tout peuple qui tourne le dos au dialogue s’engage dans une voie sans issue: celle de la force, de la violence et de l’oppression».

Parlant de l’éducation, l’Archevêque de Lomé  an cité le Pape François qui regrette que les: «Etats consacrent plus d’argent à préparer la guerre qu’à «éduquer  à la paix » depuis la fin de la guerre froide.

« Le travail est un facteur indispensable pour construire et préserver la paix ». C’est conscient de cette situation que l’homme de Dieu exhorte les dirigeants politiques à créer des conditions d’un travail décent et digne aux chômeurs, sans mesures discriminatoires.