L’instabilité sécuritaire dans la sous-région ouest africaine interpelle les hauts officiers de l’espace CEDEAO. En réunion depuis lundi à Lomé, les chefs d’état-major de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest ont travaillé durant trois jours pour  harmoniser les actions en matière de paix et de sécurité, dans un contexte où environ 10.000 armes légères outre artilleries circulent illégalement dans cet espace communautaire. « Une menace à la paix contre laquelle les armées ouest africaines doivent synchroniser leurs moyens de défense » a insisté le Gal. Francis BEHANZIN, Commissaire chargé des affaires politiques, paix et sécurité de la CEDEAO.

Cette 38ème réunion ordinaire du comité des chefs d’état-major de la CEDEAO a également été l’occasion de passer le témoin au nouveau président. Le général des forces armées togolaises,  Félix Abalo KADANGA, a ainsi reçu les trophées de guerre dans sa posture de président entrant du comité des chefs d’état-major de la CEDEAO.

La création d’un système de sécurité et de défense collectif permettra aux armées ouest-africaines de faire face à toutes les menaces contre la paix. Cette rencontre des élites en matière de sécurité est saluée par le pays hôte qui déplore à travers  le Ministre d’Etat Esso SOLITOKI, le mode opératoire des terroristes.

Les 15 pays de la sous-région ouest africaine  ont entre autres charges, l’examen pour décision,  la montée en puissance de la Force en Attente de la CEDEAO et de la mission en Gambie.

 

 Helmut PINTO