Pour marquer la fête du  nouvel an du monde musulman,  la Tabaski, les fidèles du prophète Mahomet de par le monde se retrouvent dans des mosquées  et espaces publics pour prier Dieu et remettre la nouvelle année qui s’annonce entre les mains d’Allah. Au Togo partout ailleurs dans le monde, la Tabaski connue sous l’appellation l’Aïd-El Kébir ou encore la fête du mouton a rassemblé les fidèles musulmans pour des prières afin de remercier Allah pour sa miséricorde et ses bienfaits durant l’année écoulée.

Dans la capitale togolaise Lomé, la grande prière s’est tenue sur le terrain de football du lycée de Tokoin. Une grande prière qui a connu la participation naturellement  des musulmans mais aussi  des personnalités comme le Président de la République, le Premier Ministre et quelques membres de son gouvernement et le Président de l’Assemblée Nationale. Durant la prière dirigée par l’Imam El hadj Baki Bako,  Imam de la Mosquée Centrale de Lomé, les musulmans se sont confiés à Dieu et ont prié pour la paix au Togo. Après la prière, s’en est suivi le traditionnel discours de l’Union musulmane du Togo. Dans son discours, El Hadj Inoussa Bouraïma,  Président de l’Union Musulmane du Togo (UMT) a  remercié les dirigeants du pays pour leurs efforts afin de garantir la paix sociale dans le pays. Il a ensuite appelé les fidèles de Mahomet à ne pas répondre aux provocations suite aux profanations de certaines mosquées et de quelques exemplaires du coran. Il a par ailleurs condamné ces actes de profanations et demande aux musulmans de continuer par vivre en harmonie avec leurs frères et sœurs des autres confessions religieuses comme ils l’ont toujours fait et ils savent le faire au Togo. Pour finir son discours, le Président de l’UMT demande aux autorités de déployer tous les services compétents pouvant mettre à nu les auteurs de ces actes horribles devant Allah.

A la fin de la prière, le Président de la république a offert 1300 exemplaires du coran à la communauté musulmane du Togo. « Le geste du Chef de l’Etat est salutaire, symbolique, de plus il nous rassure de l’importance qu’accorde l’Etat à ces gestes de derniers heures dont sont victimes nos lieux et nos objets de prières.» disait un musulman et à un autre de renchérir : « Le Chef  de l’Etat n’est pas à son premier geste. Il est avec nous durant nos mois de Ramadan, il nous accompagne durant les rites de notre communauté. Cela ne veut pas dire qu’il nous aime plus que les autres; c’est le Père de la nation, de ce fait,  il doit gérer l’ensemble de sa population ».

Désiré DAGBOVI, Stagiaire