La  réduction des risques  de catastrophes naturelles   constitue un grand défi pour les dirigeants. Dans  ce souci, la Banque Mondiale, accompagne le Togo à travers la prévention et la gestion des catastrophes naturelles dues en majorité aux aléas climatiques et plus précisément à la dégradation du climat. A partir de ce 29 Août 2018, le Togo pourrait  utiliser, gérer le fleuve Oti selon ses propres politiques: il s’agit de la licence FEWS Oti (Flood  Early Warning System-Oti). Un transfert de technologies qui permet de prévenir les risques de catastrophes. Les populations riveraines de ce fleuve  seront alors tenues informées du niveau de l’eau du fleuve afin d’éviter les risques d’inondations et de noyades.

Ce model, FEWS Oti,  vient s’ajouter à celui développé sur le fleuve Mono,  projet similaire connu sous le nom de FUNES,  Functional  Estimated, projet toujours soutenu par la Banque Mondiale.

 La Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Togo,  Hawa Cissé Wagué précise la portée de son action : « Nos interventions ici à travers le transfert de technologies va nous permettre de continuer de faire la prévention à travers les alertes systématiques ». A travers  ce projet, la Banque Mondiale vise la réalisation de ses principaux objectifs visant à lutter contre la pauvreté et réduire l’extrême pauvreté d’ici 2030, ensuite assurer une croissance forte et partagée pour les populations.

Depuis quelques années,  2000 à 2010, les catastrophes naturelles liées à la pluviométrie enregistrée au Togo prouvent que le Togo est vulnérable à ce genre de catastrophes naturelles. Dès lors, le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile par le biais de l’Agence Nationale de la Protection Civile a  mis en place des systèmes de sécurité et de protection des populations à travers différents projets. Cet appui de la Banque Mondiale  vient soutenir le gouvernement dans sa mission de lutte contre les pertes  en   vies humaines et les dégâts  matériels causés aux communautés riveraines des régions des savanes, de la Kara, et Centrale à travers des systèmes d’alertes sur les crues de l’Oti aux populations concernées.« Je remercie la Banque Mondiale qui est au côté de notre pays pour aider à renforcer la résilience de nos populations en matière des risques de  catastrophes », a déclaré    Yark Damehame,  Ministre en charge de la protection civile.

 

Désiré Agbémégno