Le 1er juin 2018, un immeuble situé en plein cœur du grand marché de Lomé  s’est effondré occasionnant des pertes en vies humaines et des blessés. Dépêchés sur les lieux, les ministres de la sécurité Damehame Yark, des Tansports Ninsao Gnofam  et de l’urbanisme Fiatuwo Séssénou  ont réussi à évacuer les blessés au CHU Sylvanus Olympio  de Lomé.

Que sont devenus ces blessés évacués quatre mois après ce drame? 

Les victimes de l’effondrement de l’immeuble du grand marché de Lomé continuent  de souffrir dans leur  peau. On s’en souvient qu’après le drame,  les trois ministres dépêchés sur les lieux ont demandé l’évacuation des victimes au CHU Sylvanus Olympio.  Tout le monde aurait cru en ce moment  que le gouvernement allait prendre en charge les soins des victimes de ce drame.

Mais contre toute attente, ces victimes ont été laissées pour compte.  Et ceux qui n’ont malheureusement pas les moyens de se prendre en charge meurent à petit coup.  Depuis plus de 4 mois après cet incident, ni le gouvernement,  ni la propriétaire de l’immeuble n’a daigné verser le moindre centime  pour  venir en aide à ces victimes. Sans aucune assistance financière, certaines victimes ont  dû quitter l’hôpital par manque de moyen.  

Le gouvernement togolais se soucie t-il vraiment de ses concitoyens ou sa  priorité est ailleurs? Il est incompréhensible que des gouvernants après un  drame  de telle  ampleur  dans un endroit public abandonnent les victimes à leur triste sort.

L’une des victimes touchée au cou après l’effondrement, nécessitant  deux millions de francs Cfa pour une opération chirurgicale  n’a reçu aucune assistance du gouvernement depuis son  évacuation au CHU Sylvanus Olympio.  Même une simple rééducation de bras d’un blessé n’est pas assumée par le gouvernement togolais.

Les victimes continuent de souffrir et espèrent une aide de l’Etat pour être soulagées.

  Eyram Akakpo