La quatorzième session ordinaire du comité des experts du Conseil de l'Entente est ouvert ce 1er octobre 2018 à Lomé. Pendant trois jours, les membres du comité auront à échanger sur les dossiers du Centre Régional de la Formation pour l'Entretien Routier (CERFER). Fera également partie des échanges, le rapport d'activités 2017 du Secrétariat exécutif et l'examen des comptes de l'exercice financier clôturé le 31 décembre 2017. "Les membres du Comité des experts examinent les rapports, et s'ils estiment que les rapports sont satisfaisants, ils donnent  leur quitus; ils proposent le rapport au Conseil des Ministres qui se réunira dans trois jours et c'est à ce Conseil que revient la décision définitive. Une décision importante reste le quitus que le Conseil des Ministres donne au Secrétaire Exécutif et au Commissaire aux Comptes", a déclaré  le Secrétaire Exécutif du Conseil de l'Entente, Patrice Kuamé.

Aujourd'hui, les États membres du Conseil de l'Entente font face aux nouveaux défis qui  menacent leur sécurité. Ces défis sont liés à la persistance de la pauvreté, l'insuffisance des services de base et le problème récurrent de la jeunesse. Pour aider l'organisation sous-régionale, la Banque Africaine de Développement (BAD) vient de faire un don de 5 milliards de francs CFA. Ce don servira en majorité à reformer le  CERFER. "Je pense que le Conseil de l'Entente est sur la bonne voie. Nous avons exécuté le premier plan stratégique 2012-2017. Nous venons de présenter à la dernière session du Conseil des Ministres un nouveau plan stratégique et nous allons nous employer à exécuter ce plan sur une durée de 5 ans. Ce n'est qu'au terme de ce nouveau plan stratégique que le Conseil de l'Entente aurait atteint sa vitesse de croisière",  a  ajouté  le Secrétaire Exécutif à propos de l’avenir  de l'organisation.

Pour l'histoire le Conseil de l'Entente est une organisation sous régionale regroupant cinq pays de la CEDEAO à savoir : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Niger et le Togo.

Désiré Agbémégno