Que de sentiment d’indignation quant au fonctionnement de l’appareil judiciaire! Il est révoltant de constater que la justice togolaise qui, au lieu de privilégier le droit des faibles ou des opprimés, protège plutôt les forts en les disculpant de leurs crimes. Partout au Togo, les justiciables ne font que crier leur déception la plupart des cas où les juges prononcent des verdicts. L’impression générale qui se dégage laisse croire que certains magistrats, avides d’argent tiennent compte de la situation sociale des prévenus avant de prononcer des verdicts, si bien que les jugements ne reflètent pas forcément la réalité des faits avérés.

Au regard des injustices remarquées suite aux sentences, la complicité notoire et meurtrière de ces juges est établie. Ceux-ci oubliant que l’impunité enrichit les crimes.  Si des justiciables doutent de leur justice, ne soyez pas surpris qu’ils auront recours à la loi de talion: œil pour œil,  dent pour dent ; et par conséquent, il est fort probable que le Togo risque de devenir un pays de « non-droit ».

Il est navrant d’entendre certains citoyens nantis dire que la justice togolaise est dans leur poche, à cause de leurs puissances financières qui se traduisent par l’octroi des pots-de-vin à certains magistrats acquis à leur cause. La question est de savoir à quoi ont servi les 10 milliards de francs CFA alloués à la modernisation de la justice. Est-ce encore de l’argent jeté par la fenêtre? Une question lancinante que se posent tout bas certains observateurs de la vie judiciaire togolaise.

Il est aujourd’hui clair que la justice togolaise est une justice des plus forts dont la raison est toujours la meilleure. Nous vivons dans une jungle où, comme pour reprendre Jean Jacques Rousseau, la justice togolaise « est comme une toile d’araignée qui attrape les mouches mais laisse passer guêpes et frelons ». Pour cette raison le pire guette le Togo, parce que les justiciables qui se sentent lésés ou qui ne se retrouvent pas dans des  sentences prononcées par des juges véreux, se référeront à la vindicte populaire. Toute chose qui ne contribue pas à la création d’un Etat de droit, parce que nul n’a le droit de se faire justice. Malheureusement, c’est ce à quoi les fossoyeurs judiciaires veulent inviter les Togolais à assister.

Vu la gravité des accusations dont font l’objet des juges, des avocats, des huissiers, il urge que des autorités judiciaires fassent leur introspection afin de redorer le  blason de la justice togolaise en proie à la déliquescence morale. C’est pourquoi, tous les justiciables plaident pour une justice équitable à travers laquelle les juges doivent faire en sorte que ce qui est juste soit fort et non le contraire, c’est-à-dire faire en sorte que ce qui est fort soit juste; une  disposition qui ne respecte pas les principes élémentaires des droits de l’Homme.

Le Ministre de la Justice, Pius AGBETOMEY (en photo) est donc interpellé.

Anges ADJANOR