La ville de Blitta ouvrira  du 06 au 11 novembre 2018   les portes du  7ème festival international des films documentaires (FESDOB). Organisé par l'association Terre des Arts et de la Culture et la préfecture de Blitta, cette rencontre  aura pour  thème "la promotion de l'égalité du genre". Chaque édition de l'événement a pour objectif de créer un cadre qui rendrait plus professionnel le domaine de la production cinématographique chez les jeunes cinéastes.

Le FESDOB,  Festival International des Films Documentaires de Blitta  est  un lieu de rencontre et d'échange entre les professionnels du cinéma et les amoureux du cinéma; il est également une vitrine pour un grand nombre de films documentaires d'Afrique et d'autres continents. Il  constitue une vitrine pour un grand nombre de participants venus du Togo et d'ailleurs, une  opportunité  de rencontre et de promotion  des droits humains, notamment, le droit à l'égalité de sexes, un espace où les professionnels du film documentaire assument leur fonction sociale tout en recherchant la qualité des productions. Durant le festival, diverses activités seront au menu à savoir  la projection de films allant  aux communications passant par des tables rondes et des conférences débat. Revenant sur le thème de l'édition, Gbouhi Kossa Zelly; Délégué général sur le festival explique : “la chose cinématographique dans le monde entier est encore une question d'homme. Au Togo particulièrement, nous pouvons dire que sur 10 cinéastes, nous comptons à peine une femme. Dans le domaine technique,  la caméra, le son,  la machinerie, les femmes ne sont pas présentes. Aujourd'hui, c'est le travail qui est en train d'être fait au niveau international en matière de cinéma. C'est pour cette raison que nous avons trouvé que c'est le moment idoine de parler de l'égalité du genre.“, a-t-il affirmé .

 

La ville qui offre son nom au festival Blitta, est située à 260 km au nord de Lomé. C'est une ville cosmopolite d'environ 51 143 habitants dont les  adélé, les agnanga, les akposso, les bassar, les éwé, les haoussa, les kabyé, les konkomba, les kotokoli, les lamba, les losso, les moba, les peul, les yourouba et bien d'autres répartis sur 3 194 km2. L'activité économique de la ville s'organise autour de l'agriculture, le commerce, le tourisme et l'artisanat.

Après cette septième édition, les prochaines éditions seront  biennales.

 

Désiré Agbémégno, stagiaire