Le délabrement des écoles publiques et privées a causé  des victimes le 15 novembre dernier dans le canton de Togblékopé, plus précisément dans le village de Fidokpui. L’effondrement d’une salle de classe a  engendré  un drame.

Un mort et plusieurs blessés. C’est le bilan de l’effondrement d’une salle de classe dans le village de Fidokpui. Selon les confrères du site d’information L.frii,  « ce drame serait dû à un vent fort qui aurait entrainé  l’affaissement d’un pan du mur de la salle de classe dans lequel se trouvaient les élèves».

Comme la plupart des écoles du Togo, aucune norme de construction moderne n’est respectée pour parer à d’éventuelle intempérie. Le secteur éducatif abandonné par l’Etat et les apprenants laissés pour compte sans aucune mesure de sécurité.

Le site nous rapporte qu’aux dernières nouvelles « l’école serait fermée et le fondateur de l’établissement dans les mains des forces de l’ordre pour des enquêtes».

Le préfet d’Agoè-Nyivé Awaté  Hodabalo, informé, s’est déplacé sur les lieux accompagné du chef canton de Togblékopé et des forces de l’ordre pour constater les dégâts et présenter les condoléances aux familles éplorées.

Il urge que  le gouvernement togolais soit un peu plus regardant sur les lieux qui abritent les apprenants.

Eyram Akakpo