Fruit des efforts menés à l’international lors de la Campagne internationale de l’UNESCO pour la sauvegarde des monuments de Nubie, afin de sauver ceux-ci des eaux du lac Nasser derrière le Haut barrage d’Assouan, le Musée de la Nubie dévoile l’une des nombreuses civilisations égyptiennes. Il a également un rôle communautaire pour le peuple nubien. Il offre, entre autres, un programme éducatif majeur et cherche à sensibiliser les communautés locale, nationale et internationale à l’histoire et à la culture de la Nubie.

Au rez-de-chaussée  de cet ouvrage, se trouvent les salles d'exposition temporaires, une salle des personnalités VIP, des salles d'administration.

Il abrite un centre de recherches et de documentation sur l’archéologie, l’Histoire et la culture de la Nubie, ainsi que de l’équipement relatif à la Campagne internationale de l’UNESCO. Il  est entouré d’un parc paysager qui l’intègre dans la topologie locale et permet de présenter l’environnement nubien à travers un espace d’exposition en plein air.

 Construit sur une élévation de terre, en bordure du Nil, le musée de la Nubie est un endroit à ne pas rater au cœur d'Assouan.

Le musée de la Nubie à Assouan recueille les vestiges d'une civilisation dont les terres ont été englouties par le lac Nasser dont la création était une des conséquences de la construction du Haut Barrage. Son architecture est  inspirée  des tombes pharaoniques. Le Musée de la Nubie à Assouan a ouvert ses portes au public en novembre 1997, et remporté un vif succès pour la qualité de sa conception et de ses collections. Exposant quelques 3000 pièces mises au jour lors des fouilles, le Musée est également dépositaire de l'histoire et de la culture nubienne. Ses collections présentent en effet la Nubie depuis la préhistoire jusqu'à nos jours.  

Comme signalé, le Musée ne se limite pas à l'exposition de vestiges antiques, mais veut également témoigner de la Nubie moderne. On y voit des grandes pancartes suspendues sur lesquelles le visiteur peut lire l'histoire des anciennes tribus qui ont habité cette région à travers les différentes époques. Le Musée s'intéresse aux études d'ethnologie.  

Une grande partie de l'exposition se trouve à l'extérieur, dans le grand jardin de 43 000 mètres carrés qui entoure le musée proprement dit de 7 000 mètres carrés (occupation du sol). Le musée a été conçu par l'architecte égyptien Mahmoud Al-Hakim, l'aménagement paysager par Werkmeister & Heimer Landscape Architects (Allemagne) et Leila Masri de Sites Internationale, et ses expositions ont été réalisées par l'architecte mexicain Pedro Ramerez Vasquez.

L'emplacement du musée sur une colline a permis une exposition originale de son magnifique contenu. Dans le grand jardin du musée de la Nubie sont exposées les grandes statues  ainsi que des reproductions du quotidien des habitants de la Nubie. La moitié de la superficie occupée du musée est consacrée aux salles d'exposition et l'autre moitié pour les entrepôts et les ateliers de restauration. Le Musée, qui se veut la reconstruction de l'architecture traditionnelle d'un village nubien, et qui a été achevé en grès et en granit rose, fut l'un des lauréats du prix Aga Khan d'Architecture en 2001.

Le Musée de la Nubie d'Assouan se compose de trois étages. Au sous-sol, il y a la salle principale, le diorama, les ateliers de restauration, les entrepôts, un centre de contrôle, la salle des spectacles, une salle d'apprentissage et un bureau de services aux visiteurs.

Au rez-de-chaussée se trouvent les salles d'exposition temporaires, une salle des personnalités VIP, des salles d'administration et de sécurité. Quant au premier étage, il abrite la librairie, des salles de photographie, de microfilm et un centre d'informations ainsi qu'un département d'activités dédié aux écoliers et aux étudiants.

Le visiteur aura la chance de se sentir comme téléporté dans une autre vie, celle des Nubiens. A travers les représentations des scènes de la vie quotidienne, on a le sentiment d'être parmi eux. Car les statues exposées sont créées d'une telle minutie et exactitude qu’elles semblent prendre vie. Il y a une représentation d'une école coranique, d'un paysan cultivant sa terre, d'une jeune femme nubienne en train de faire sa toilette, assistée par ses deux servantes. En plus d'être un lieu riche d'histoires et de vestiges des anciennes civilisations, le musée offre une excellente balade dans ses divers pavillons, éclairés d'une douce luminosité très adaptée à la magie de l'endroit. Les coutumes et les traditions nubiennes y sont représentées, tout comme les activités de tous les jours, comme l'agriculture, l'apprentissage des enfants, le tissage et la couture effectués par les femmes nubiennes, les nuitées joyeuses des hommes rassemblés en leur tenue traditionnelle (la djellaba blanche et le turban blanc cernant la tête) au seuil de la porte leur maison pour échanger des conversations amicales mêlées aux rires venant du cœur.

 

A propos du Prix Aga Khan d'architecture

Le prix Aga Khan d'architecture est un prix décerné par la Fondation Aga Khan et instauré par Karim Aga Khan en 1977 pour récompenser l'excellence en architecture dans les sociétés musulmanes. Le prix Aga Khan est un prix triennal doté de 500 000 dollars, ce qui représente en fait le prix d'architecture le mieux récompensé. Ce prix a pour ambition de faire reconnaître et favoriser les architectures les plus aptes à satisfaire les besoins des sociétés musulmanes, et à répondre à leurs aspirations, en sélectionnant des projets allant de la réhabilitation de quartiers défavorisés à la création de nouveaux monuments ou buildings, construits selon une démarche responsable.