Le contrôle citoyen de l’action publique, outils et état des lieux sur leur application effective au Togo, le suivi budgétaire et participatif,  ont été au centre d’un atelier de renforcement des capacités d’une quarantaine de  membres du Réseau Anti-corruption au Togo (RAC-Togo)  ce lundi 18 février 2019  à  Lomé.

La rencontre placée sous le thème, « Contrôle citoyen de l’action publique (CCAP), suivi budgétaire et budget participatif », constitue  un cadre d’échanges des organisations de la société civile, membres du RAC-Togo sur les différents outils pour le contrôle de l’action gouvernementale en vue d’une meilleure intégration de la lutte contre la corruption.

Il est à noter que l’atelier  vise à amener  les membres de RAC Togo à s’approprier les différents outils de contrôle citoyen de l’action publique pour une participation citoyenne à la prévention et à la lutte contre la corruption.

Et  c’est à juste titre  que le Président de la Haute autorité de prévention et de lutte  contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a fait feu de tout bois pour être à la cérémonie d’ouverture dudit  atelier.  Essohanam  WIYAO, puisqu’il s’agit de lui, a salué la justesse  et la pertinence  du thème de la formation à savoir « Contrôle citoyen de l’action publique ;  Suivi budgétaire et budget participatif ».

C’est dans cet ordre d’idées que monsieur Bouasvan Bouasy,  Chargé du programme Gouvernance-Economique à la Délégation de l’Union Européenne au Togo, , prenant la parole, au nom de Mme l’Ambassadeur, Cheffe de Délégation de l’Union européenne,  a  déclaré  que c’est une belle occasion pour lui  de réaffirmer le ferme engagement de l’Union européenne en faveur de la promotion de la bonne gouvernance, de la transparence ainsi que de la lutte contre la corruption.

Par ailleurs, il a fait savoir qu’investir dans le contrôle citoyen de l’action publique pour la promotion de la bonne gouvernance et de la transparence est non seulement bénéfique à la société, à l’économie et au développement mais contribue aussi à améliorer la crédibilité et la confiance restaurée de l’Etat.

La Secrétaire administrative  de RAC-Togo, Simone DAKICHE  fait remarquer, pour sa part ,  que l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies de réduction de la pauvreté requièrent la participation des acteurs et le contrôle citoyen avec des rôles et  responsabilités clairement identifiés. « L’approche Contrôle Citoyen de l’action publique semble aller plus loin dans le renforcement de la participation des  populations. Elle constitue une réelle opportunité pour une élaboration plus participative des politiques publiques de développement », déclare-t-elle.

Il sied  de souligner deux modules ont été  au menu de cet atelier, le premier : « le contrôle citoyen de l’action publique: outils et état des lieux  de leur application effective au Togo » développé  par le Docteur Fabrice  EBEH  puis  le second, « le suivi budgétaire et participatif » qui a été développé par Monsieur Emmanuel GUEME.