Le parc solaire photovoltaïque de Benban à Assouan, a remporté la semaine  dernière  le prix du meilleur projet décerné par le Groupe de la Banque mondiale.

Le président par intérim de la Banque Mondiale a  salué ce projet égyptien et le rythme de son exécution.

Le complexe de Benban devrait être le plus grand parc solaire au monde, en effet il va compter 32 centrales solaires réparties sur une trentaine de kilomètres carrés en haute Egypte. Ce parc devrait avoir une capacité totale comprise entre 1,6 GW et 2 GW.

Le ministre de l’investissement et de la coopération internationale Sahar  Nasr a souligné que ce projet d’énergie solaire reflète le partenariat stratégique entre l’Egypte et la Banque Mondiale, puisque la Société financière internationale (SFI),  membre du groupe de la Banque Mondiale, a accordé 653 millions de dollars pour financer ce projet.

En outre, la Banque Européenne de Reconstruction et de Développement (BERD) avait déjà assuré la prise en charge de la plupart du montant de la construction de la première partie de ce méga-complexe solaire, composée  de six centrales de 50 MW chacune (pour un total de 300 MW), en débloquant la majeure  partie d’une  enveloppe de 355 millions de dollars  qu’elle va allouer au projet. De même,  le projet a suscité l’intérêt d’un consortium de neuf banques internationales dont l’ Asian Infrastructures Investment Bank (AIIB), la European  Arab Bank (EAB) et le Fonds vert pour le climat (GCF).

La construction de ce complexe fera de l’Egypte un acteur majeur du marché solaire mondial. Ce projet est réalisé dans le cadre de la politique énergétique nationale qui ambitionne de produire d’ici à 2020, 20% de son énergie à partir de sources renouvelables et 42% à l’horizon 2035. Actuellement, l’électricité égyptienne provient à 90% des énergies fossiles,  à 8% de l’hydro-électrique   et à  moins de 1% du solaire.