Suite à la recrudescence des braquages à Lomé, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) avait appelé à une mobilisation pour protester contre l’insécurité qui sévit dans la capitale togolaise devant les locaux du Ministère de la sécurité  ce 25 juillet à Lomé. Et comme d’habitude, le Ministre de l’Administration territoriale, Payadowa  Boukpessi vient d’interdire cette manifestation.

Les autorités togolaises ne veulent apparemment plus entendre parler de manifestation. Dans un courrier en date du 23 juillet adressé au président du MMLK, le ministre  Payadowa  Boukpessi  trouve qu’une manifestation devant le ministère de la sécurité gênerait le fonctionnement des activités de ce département. « Je porte à votre connaissance que le ministère de la sécurité ne peut pas recevoir une manifestation qui gênerait le fonctionnement normal de ce département et empêcherait ainsi les usagers de ce ministère d’accéder librement à ses différents services. En conséquence, votre manifestation n’est pas acceptée.»

Le président du MMLK lors de son appel à manifester avait appelé la population du grand Lomé et de ses environs à se mobiliser pour dénoncer la défaillance du système de sécurité et exiger le droit à la sécurité pour tous.

Pour permettre aux  Togolais de comprendre ce qui se passe dans ces affaires de braquage, le pasteur Edoh Komi dans un message vocal sur le réseau social whatsapp donnait l’exemple d’un chien qui est reconnu aboyeur et le jour où il y a une action de vol dans la maison, et que le chien de la maison n’a pas aboyé, cela veut dire que le propriétaire de la maison ou celui qui lui donne à manger est passé par là.

Eyram   Akakpo