Plusieurs Togolais ont acclamé les forces de sécurité lorsque le 28 juillet le commissaire Tassa Agba, porte-parole de la police nationale annonçait l’assassinat de deux "présumés" braqueurs dans la nuit du 27 au 28 juillet non loin de la société SOTOTOLES.  Mais chose étonnante, dans un communiqué en date du 29 juillet, le Mouvement Martin Luther King  affirme que « les deux présumés auraient été interpellés de leur domicile aux environs de 23h30 et menottés vers une destination inconnue ». Ne sont-ils pas de vrais braqueurs?

Dans la nuit du 27 au 28 juillet dernier, deux individus ont été abattus par des éléments du Groupe d’intervention de la police nationale GIPN. Selon le commissaire Tassa Agba interviewé sur les lieux, « dans la nuit du 27 au 28 juillet 2019, un malfrat résidant au Ghana a rejoint le sieur nommé cimetière dans un ghetto à Katanga, ils ont consommé de la drogue, planifié une nouvelle opération avant de se mettre sur une moto de marque Apsonic non immatriculée », avait-il affirmé.

Ils se préparaient à commettre un nouveau forfait selon la police « ayant constaté qu’il s’agissait des agents et voulant s’échapper, le nommé « cimetière » en couple  sur la moto  et armé d’un pistolet de fabrication artisanale, a ouvert le feu en leur direction. Les agents ont immédiatement riposté les atteignant mortellement »,  avait indiqué le policier.

Cette opération réussit par la police était saluée de toute la population qui est en proie aux braqueurs ces derniers temps dans la capitale Lomé. Mais le Mouvement Martin Luther King, la voix des sans voix, renseigne que les deux présumés auraient été  interpellés à leurs domicile et menottés  aux environs de 23h30. « Les recherches des familles pour les retrouver sont toujours vaines. » Que s’est-il réellement passé ? Le MMLK promet que la lumière sera bientôt faite: « la lumière jaillira et les responsabilités seront situées dans cette affaire», promet le MMLK.

Eyram  Akakpo