La société  de cimenterie  ScanTogo a initié ce 25 octobre 2019 à  Monénou dans le canton de Tokpli (localité située à environ 80 km au nord-est de Lomé), un atelier de formation à l’endroit des chefs traditionnels et des représentants des comités de développement villageois dudit canton. L’objectif selon les organisateurs est de promouvoir la biodiversité et la cohésion sociale dans le canton de Tokpli où est implantée l’usine ScanTogo Mines.

« Environnement, responsabilité sociétale et cohésion sociale pour un développement local », c’est le thème de l’atelier de formation qui a réuni les premiers responsables des villages du canton de Tokpli. Au cours de cette formation, les chefs traditionnels et les représentants des comités villageois de développement (CVD) ont été entretenus  sur trois thématiques à savoir, comment protéger l’environnement pour qu’il soit une source de revenus, la responsabilité des sociétés vis-à-vis  du canton pour un développement local et la cohésion sociale.

Dans sa communication, Mme Abalo Akouvi  Okpè, la formatrice a mis l’accent sur les responsabilités engageant l’entreprise ScanTogo dans le canton de Tokpli et a appelé les fils et filles de la localité à apporter chacun son grain de sel pour le développement de leur canton. 

« Le but de cet atelier de formation est de pouvoir aider les chefs de la localité de Tokpli ainsi que les CVD à pouvoir comprendre les différents enjeux liés à la problématique de l’environnement et surtout à la question de la responsabilité sociétale des entreprises. L’objectif est de pouvoir les aider à comprendre que du moment où ils cultivent la cohésion sociale et les relations de bon voisinage avec les entreprises, ils peuvent véritablement profiter des différentes opportunités que ces entreprises peuvent leur offrir  afin de pouvoir maximiser le processus de développement  dans leur communauté », a expliqué Mme Abalo Akouvi Okpè, formatrice et responsable des études de développement et affaires juridiques à Jat Consulting.

                                                (Vue  des participants lors de l'atelier)

Les participants à cette formation visiblement émus n’ont pas caché leur satisfaction. Ils promettent mettre en œuvre ce qu’ils ont appris pour un développement harmonieux et durable de leur localité.

« Cette formation m’a été très bénéfique. Nous avions auparavant détruit tous les arbres dans notre village mais aujourd’hui, nous savons que la forêt peut être pour notre village une source de revenu. Nous allons travailler pour remettre la forêt en place. Nous allons essayer d’expliquer les choses comme nous les avons apprises  à nos communautés et à force de travailler,  beaucoup de choses vont changer », a martelé Maman Ayaba Agbégnigan Blitti II, cheffe du village d’Akladjénou Amégapé.

C’est le même son de cloche auprès du Secrétaire du Comité cantonal de développement. Améboudanou  Tovignikou, puisqu’il s’agit bien de lui, a exprimé sa gratitude aux organisateurs en ces termes: « Aujourd’hui, nous savons que la forêt peut nous aider à recueillir le CO2 que dégage l’usine Scan Togo. Nous remercions les organisateurs de nous avoir ouvert les yeux», a-t-il  déclaré.  

 

Du côté des organisateurs, cet atelier qui vient à point nommé, ne sera pas le dernier. « L’atelier de formation que nous avons organisé aujourd’hui, ne sera  pas le seul; il y en aura d’autres dans les établissements scolaires pour accompagner les élèves à faire des jardins et véhiculer des messages de paix dans leur famille», a laissé entendre  Monsieur Gomado Koamy (en photo), responsable de la Fondation ScanTogo.

 Eyram Akakpo,  envoyé spécial à Monénou