L’assemblée générale du Réseau des institutions nationales de lutte contre la corruption en Afrique de l'ouest (RINLCAO) s’est ouverte ce  mardi  05 Novembre  2019 à Lomé. Pendant  deux jours, les participants vont revisiter les statuts, règlement intérieur et manuel de procédures de ce réseau.  

Le RINLCAO a été créé par les 15 Etats membres de la CEDEAO et réunit leurs organismes étatiques de prévention et de lutte contre la corruption. C’est le cas pour le Togo avec la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA).

Le Président de cette institution Essohana WIYAO a saisi l’occasion pour témoigner sa gratitude aux partenaires techniques et financiers tels que le PNUD, l’Union européenne, l’Ambassade des Etats-Unis.

La rencontre de Lomé est la quatrième du genre qu’organisent les institutions nationales de lutte contre la corruption.

Et ce fléau  est décrié par le ministre togolais de la justice, Pius AGBETOMEY.

« La corruption affecte l’ensemble les pays de la région et freine leur développement. Ces pratiques sont ancrées dans les habitudes»,  a –t-il martelé.