L’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), a démarré ce 27 novembre  2019 dans la capitale togolaise, un atelier sous régional d’échanges sur les stratégies et politiques des Etats pour soutenir la coopération et le développement des zones transfrontalières. Durant trois jours, les participants venus des huit pays de l’UEMOA vont renforcer le partage d’expériences et les synergies d’actions entre les différents acteurs de la coopération transfrontalière.

Cet atelier organisé par l’UEMOA a pour objectif de favoriser la  synergie entre les différents acteurs de la décentralisation des collectivités territoriales, notamment des gestions des frontières en vue de favoriser la coopération et le développement des zones transfrontalières.

 « Le programme de coopération transfrontalière locale bénéficie de l’appui de la coopération suisse qui accompagne l’UEMOA dans sa politique de mise en œuvre de développement des zones transfrontalières. Toutes réunions se tiennent dans un contexte où nous arrivons à la fin de la première phase du financement suisse et au début ou à l’amorce d’une seconde phase qui va se dérouler sur la période 2020-2023. Donc il s’agira pour les participants de dégager des réflexions qui vont leur permettre d’identifier des actions ou des projets majeurs pouvant être implémentés de cette deuxième phase », a indiqué M. Assoukou Raymond Krikpeu, Représentant Résident de la Commission de l’UEMOA au Togo.

En décembre 2015, une convention a été signée entre l’UEMOA et la confédération Suisse  visant à accompagner le Conseil des collectivités territoriales (CCT) de l’UEMOA pour mettre en œuvre le Programme de coopération transfrontalière locale (PCTL).

« Aujourd’hui les partenaires financiers et techniques qui nous accompagnent ce sont rendus compte que les collectivités locales au sein du frontière était démunies en tout et qu’il fallait amorcer un processus de discrimination positif pour le sécurité locale en les renforçant d’avantage. C’est la raison pour laquelle la coopération Suisse a mis sept milliards pour les collectivités territoriales. Avec ces 7 milliards nous avons élaboré et aujourd’hui réalisé des infrastructures transfrontalières comme des marchés à bétail, comme des routes et surtout développé des activités économiques et sociales. Permettre aux populations de ne pas se sentir à l’écart mais de se sentir à l’intérieur d’un pays », a déclaré El Hadj Malik Diop, président de la commission économique et financière de l’UEMOA.

Les travaux de cet atelier ont été ouverts par le ministère de l'administration territoriale du Togo représenté par le Directeur de cabinet, Robert BAKAI.

Au terme dudit atelier, les participants auront une meilleure compréhension sur les stratégies et politiques des Etats et des organisations régionales pour promouvoir la coopération transfrontalière et la gestion des frontières.

Eyram Akakpo