Le développement des communautés à la base, est l’une des préoccupations majeures gouvernement togolais. En effet, l’assainissement du cadre de vie des populations occupe une place prépondérante dans les 17 Objectifs de développement durable (ODD). A Tchamba, la ville respire un nouvel air grâce au Programme d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV).

La ville de Tchamba, localité située à 350 km de la ville de Lomé, présente depuis quelques jours une nouvelle image. Complètement assainie, elle présente un visage qui tranche d’emblée avec  son passé de milieu insalubre. Cette nouvelle image de la ville est le fruit  du  projet  ‘’Salubrité dans les villes du Togo’’ financé par le Programme  d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV).

 L’objectif principal du programme est de doter les communautés d’infrastructures, notamment celles sanitaires, afin de résoudre les problèmes de salubrité et de contribuer au développement des populations à la base en améliorant les conditions de vie des populations.

Avant 2017, la ville de Tchamba était confrontée à des problèmes d’assainissement. Les couloirs de la ville étaient des points d’insalubrité qui avaient des répercussions sur la santé des habitants. De plus, des dépotoirs anarchiques jonchaient toutes les rues. La majorité des maisons disposaient des toilettes à ciel ouvert avec des tuyaux qui traversaient les ruelles, laissant couler des eaux usées. Mais avec l’arrivée du Programme  d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV), des solutions ont été trouvées à ces problèmes.

Lancé en 2017, l’intervention du PAPV  poursuit les mêmes objectifs que le PUDC, à savoir contribuer à l'amélioration significative des conditions de vie des populations vivant dans les zones peu ou mal desservies par les infrastructures d’eau potable à travers la restauration de la desserte en eau potable dans les localités où les forages sont tombés en panne mais aussi à travers l’extension du réseau et points de distribution d’eau potable.

Entre 2017 et 2018, d’importants ouvrages d’assainissement construits dans plusieurs quartiers, ont métamorphosé la ville. Trois (03) blocs de latrines modernes,  175 mètres linéaires de caniveaux, 60 puisards, 3 ouvrages de franchissement et 500 mètres linéaires du rue, 3  forages munis de panneaux photovoltaïques ont été ainsi réalisés pour un coût total de 149.388.750 (cent quarante-neuf millions trois cent quatre-vingt-huit mille sept cent cinquante) FCFA.

 Treize villes du Togo ont déjà bénéficiées du projet de salubrité à savoir Lomé, Tsévié, Atakpamé, Kpalimé, Sokodé, Tchamba, Kara, Aného, Bafilo, Mango, Bassar, Pagouda et Dapaong.   

                                                                                               

Eyram Akakpo