L’histoire retiendra que le covid-19 a provoqué un changement dans la vie quotidienne des citoyens de ce monde. Et au Togo en particulier, des mesures prises pour éviter la propagation du virus, continuent de provoquer des polémiques. La reconduction du couvre-feu ces moments de fêtes de fin d’année est mal vue par les Togolais qui n’ont pas adhéré à cette décision. Les mauvais souvenirs issus de la barbarie des corps habillés justifient le refus d’adhésion de la population à cette décision. On se souvient des meurtres orchestrés par les forces de l’ordre  au cours de leur patrouille dans le passé. Des citoyens victimes des affres des forces de l’ordre,  dont certains ont perdu leur vie expliquent cette animosité à l’égard de ces frères en arme. Aujourd’hui, plusieurs personnes se demandent l’opportunité de ce couvre-feu du moment où dans les pays limitrophes, les voisins jouiront de leur liberté pour fêter comme il se doit. Seuls les Togolais seront  privés  de cette liberté de religion et de défoulement pendant ces fêtes. Il est vrai que le coronavirus fait des victimes et il urge que des mesures préventives soient prises. D’ailleurs, les mesures concernant le port obligatoire de cache-nez, le lavage de mains et la distanciation sociale paraissent déjà salutaires. Pourquoi encore prendre des mesures restrictives plus drastiques en ce moment où les gens se consacrent à la spiritualité à travers des messes ou cultes religieux jusqu’à minuit ? C’est là où l’opportunité de ce couvre-feu pose problème, surtout que dans certains pays où sévit cette pandémie, le couvre-feu n’est pas instauré. Une disposition que la majorité des Togolais ne comprennent pas. Des gens pensent que derrière ce couvre-feu il y a anguille sous roche. D’autres vont plus loin pour taxer le gouvernement de cynique. En effet selon certains, ce couvre-feu relève de la pure injustice, parce que les gouvernants fêteront bien alors que les revendeurs qui ont prévu faire des activités pour avoir de l’argent seront déçus. Pourquoi n’y a-t-il pas eu de mesures d’accompagnement à l’endroit de ces revendeurs de nuit?  

Tout compte fait, le couvre-feu reste et demeure une décision impopulaire. De toutes les façons, il est difficile à la population qui n’adhère pas au projet de société du président dont la légitimité est sujette à caution, de voir le côté positif du couvre-feu.      

 

Anges Gbedode