Le gouvernement  togolais et le secteur privé se sont réunis le 08 janvier 2021 à Lomé, pour échanger ensemble sur la feuille de route de l’exécutif pour 2020-2025. Ce document stratégique dévoilé en octobre dernier, s’articule autour de trois principaux axes qui se déclinent en 10 ambitions et 42 projets et réformes prioritaires. 

Pour parvenir à l’atteinte de sa vision d’un Togo en paix, moderne, avec une croissance économique inclusive et durable espérée entre 7 et 8% à l’horizon 2025, le gouvernement compte sur une forte participation du secteur privé au niveau du portefeuille des projets et réformes. 

Des mécanismes ont ainsi été mis en place depuis plusieurs années pour faciliter les échanges.  

“Le partenariat public-privé nous a permis aujourd’hui d’avoir des rapports beaucoup plus ouverts, et d’échanger parfois sur des sujets qui fâchent”, indique Thierry Awesso, DG de la Nouvelle industrie des oléagineux du Togo (Nioto). 

Quant à Laurent Tamegnon, le président du patronat, “toute une batterie d’allègements et de facilitation a été déployée par le gouvernement, pour renforcer l’attrait économique du pays, et promouvoir davantage l’entrepreneuriat, notamment féminin”. Mais, ajoute-t-il, “nous voulons aller au-delà pour participer pleinement à la réalisation des objectifs de développement du Togo, qui dépend grandement du secteur privé”.