Suite à un courrier en date du 22 juillet adressé par Emmanuel Adebayor au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Lomé, Gogoligo et Papson Moutité ont recouvré la liberté. 

Mais une question reste posée au sein de l'oppinion qui se demande si entre temps Adebayor a retiré sa plainte ou les accusés ont-ils introduit une demande de liberté conditionnelle.