L’introduction de nouveaux vaccins dans les programmes nationaux de vaccination reste un acquis aujourd’hui dans de nombreux pays dans la sous région ouest africaine. Mais, l’extension de la surveillance des rotavirus reste tout un défi compte tenu des diverses limites que présentent ces programmes. Conscients de ce défi, les gestionnaires de données et les différents acteurs de la santé venus de différents pays d’Afrique de l’Ouest se penchent sur le sujet à Lomé du 27 au 31 mars 2017. Une initiative du bureau régional pour l’Afrique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour « accompagner et soutenir la surveillance des maladies évitables par la vaccination en général et la surveillance des nouveaux vaccins en particulier » selon les propos de Lucile IMBOUA, la Représentante Résidente de l’OMS au Togo.

L’une des principales stratégies de l’objectif 3 du plan mondial pour les vaccins est d’introduire de nouveaux vaccins dans les programmes nationaux de vaccination. Une stratégie qui explique mieux les 5 jours de travaux qui rassemble différents représentants de l’OMS et des centres régionaux de surveillance implantés dans les pays de la sous-région. L’atelier qui se déroulera du 27 au 31 mars porte précisément sur l’expansion de la surveillance des rotavirus à d’autres entéropathogènes et permettra de dresser une revue des données de surveillance pour les nouveaux vaccins. Il sera question de tirer profit d’abord du réseau régional existant de rotavirus et l’étendre ensuite afin de créer un réseau régional de Surveillance des maladies diarrhéiques pédiatriques. Ceci permettra donc d’inclure les autres agents entéropathogènes.

                                           Les participants à la cérémonie d'ouverture de  l'atelier

« L’information est incomplète, les décisions obligatoires et l’expérience trompeuse » a déclaré le Ministre en charge du département de la santé et de la protection sociale au Togo qui mettait une emphase particulière sur l’utilité sans précédant que renferme la mise sur pied d’un réseau de Surveillance sous-régional des maladies diarrhéiques pédiatriques. Une formation sur des modules de gestion des données de surveillance des nouveaux vaccins mis à jour sera dispensée au cours de ces 5 jours selon le Ministre Moustafa MIJIYAWA, « pour l’harmonisation des données sur une base consensuelle et exploitable par les décideurs ».

Helmut PINTO