Coopération

Pour échanger sur le potentiel du transport fluvial dans la réponse aux nouveaux enjeux de logistique en Afrique de l’Ouest et du Centre, le Cluster Maritime d’Afrique Francophone (CMAF) a organisé son premier webinaire ce 1er juillet, en présence de l’ambassadeur de France.

Le CMAF, en partenariat avec l’ambassade du Gabon au Togo et HAROPA (les ports du Havre, Rouen et Paris), a invité ce 1er juillet trois experts des questions fluviales à s’exprimer et débattre autour des intérêts, des besoins d’investissements et des obstacles au développement d’un transport par voie fluviomaritime sûr, efficace et respectueux de l’environnement. 

Une centaine de personnes, ayant posé une vingtaine de questions via le chat, ont assisté à ce webinaire qui s’est concentré sur divers aspects du transport fluvial: le rôle des pouvoirs publics et des acteurs privés, l’aménagement de réseaux fluviaux ou encore le poids du transport fluvial dans la stratégie de développement d’un port.

Ont assisté, à Lomé, à cette conférence: Sayid ABELOKO, ambassadeur du Gabon au Togo, Bénin et Ghana, membre exécutif du CMAF, Charles Kokouvi GAFAN, Président du CMAF, Aboubacar NGOM, vice-président du CMAF, Marc VIZY, ambassadeur de France au Togo et Patrick NOUETTE, attaché de coopération maritime auprès de l’ambassade de France.

Les trois experts qui sont intervenus sont: Oswald Séverin MAYOUNOU, ministre délégué auprès du ministre des eaux et forêts, de la mer et de l’environnement de la République du Gabon – Dr Alioune Abi Taleb NGUER, enseignant à l’institut universitaire de pêche et d’aquaculture de l’université Cheikh Anta DIOP de Dakar – et Laurent FOLOPPE, directeur commercial et marketing d’HAROPA.

 

 

Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi, s’est entretenu ce 23 juin à Lomé avec les partenaires techniques et financiers du Togo dans le secteur.

L’objectif de cette rencontre était de faire le point de la mise en œuvre du processus de décentralisation, un an après les élections locales.

Les discussions ont tourné autour des différentes actions initiées par l’Exécutif togolais depuis lors, comme le renforcement de l’arsenal juridique relatif à la décentralisation, la création d’un fonds d’appui aux collectivités territoriales (FACT), ou encore l’amélioration du cadre de travail des communes.

Pour Payadowa Boukpessi, les défis à relever dans la mise en œuvre du processus de décentralisation dont la progression a été ralentie par la situation liée au covid-19 restent nombreux.

L’UE, PNUD, UNICEF, Kfw, AFD, ProDeGol, BOAD qui sont les partenaires  du Togo dans le processus de la décentralisation, ont réitéré leur engagement à accompagner le pays.

Le processus de  décentralisation en cours au Togo tient beaucoup à cœur à l’Ambassade d’Allemagne. En témoigne l’engagement des nombreux ambassadeurs qui se sont succédé au Togo en la matière. L’actuel Ambassadeur au Togo est Matthias VELTIN (en photo).

 Eyram Akakpo

La pandémie du Covid 19  ne laisse pas indifférent  le Système des Nations Unies (SNU) au Togo.  Le Coordonnateur  de ce Système, le Béninois Damien MAMA (photo)  dit être    satisfait par les mesures prises par le Togo pour contrer la pandémie.

Il a  indiqué que l’aide apportée par son institution au Togo est chiffrée à  2 milliards de Fcfa.

Le Togo devrait recevoir dans les prochains jours des respirateurs, des cliniques mobiles et des ambulances.

Aussi, faut-il le souligner que le SNU   prépare un plan local de renforcement de la résilience socioéconomique destiné à aider le gouvernement pour faire face aux charges multidimensionnelles occasionnées par la crise sanitaire.

Le Système des Nations Unies au Togo  est constitué d’une douzaine d’agences.

 

L’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), a célébré ce 25 juin 2020 son quarantième anniversaire de représentation au Togo.

En quarante ans de collaboration, l’organisation a exécuté 326 projets et programmes évalués à près de 70 milliards FCFA, dans les secteurs de l’agriculture et de l’alimentation.

Les activités marquant cette célébration ont été lancées ce jeudi par la signature d’un accord de financement à sept structures du ‘‘mécanisme forêt et paysans 2020’’.

 Ces subventions  s’élèvent à plus de 130 millions FCFA, dont 15 à 20% sont destinés à la riposte contre le covid-19 et le reste à l’amélioration des résiliences des paysages forestiers face au changement climatique et les moyens d’existence des communautés de base.

« La FAO a aidé le Togo à mettre en place une recherche agronomique, ce que nous pouvons appeler ITRA. 90 à 2000, c’est la période à laquelle aussi le monde agricole a été structuré avec des réflexions pour mettre en place aujourd’hui l’agriculture. La dernière phase, 2010 à aujourd’hui, c’est la phase pendant laquelle la FAO a travaillé pour mieux valoriser les potentiels agricoles du Togo », a déclaré Oyétundé Djiwa, assistant,  chargé de programme au bureau FAO  au Togo.

 

L’ambassade de Chine au Togo a offert ce jeudi 18 juin 2020 des vivres et des équipements électroménagers aux populations les plus vulnérables. La cérémonie de remise a eu lieu entre l’ambassadeur Chao Weidong et le Directeur de cabinet du ministère en charge du développement à la base, Yawotsè Vovor, en présence de la directrice générale de l’ANADEB, Mazalo Katanga (photo)

Ce sont les restaurants communautaires, une composante du Programme de développement communautaire en zones urbaines (PDC-ZU) qui ont bénéficié de cet appui de la Chine.

Le don est composé de 10 tonnes de riz, 100 cartons de tomate en conserve, 100 cartons de spaghetti, 50 bidons d’huile de 25 litres, 3 fours à micro-ondes, 3 fours électriques, 10 cuiseurs à riz et 2 réfrigérateurs. Ce  don permettra à l’ANADEB d’élargir l’assiette des bénéficiaires ou rallonger le temps des prestations à l’endroit des milliers de bénéficiaires déjà existants.

Ce don est estimé à une bagatelle somme de 8,13 millions de francs CFA.

« Cet appui de l’ambassade au profit des communautés vulnérables permettra de servir plus de 2000 kits alimentaires dans le Grand Lomé et dans la préfecture de Tchaoudjo et de Tône. Avec le contexte sanitaire actuel, cet appui vient surtout conforter les efforts du gouvernement et de ses partenaires en matière d’appui à la résilience alimentaire des populations les plus durement affectées par la pandémie à coronavirus », a martelé dame Katanga.

Elle a convié  d’autres partenaires du Togo à emboiter  le pas à  la Chine.

 Pour sa part, le directeur de cabinet Monsieur VOVOR a  rappelé que les restaurants communautaires se déroulent actuellement dans les deux préfectures du Grand Lomé au profit de 6500 personnes pauvres issues de 149 quartiers et grâce à l'appui de l’UE ; le projet, a-t-il déclaré, va cibler 2600 nouvelles personnes, notamment des personnes non encore prises en charge dans le Grand Lomé et dans les préfectures de Tchaoudjo et de Tône.  Il dit espérer que l’aide des partenaires et l’engagement du gouvernement permettront que ce projet s’étende à toutes les villes afin de « compenser les déficits d’accès à l’alimentation dans certains ménages urbains et péri-urbains du pays ».

Le diplomate chinois Chao Weidong, quant à lui,  a témoigné son intérêt en faisant ce don au peuple togolais: « c’est un réel plaisir pour moi de participer à cette cérémonie de don… Ce geste de solidarité, qui s’inscrit dans une série d’activités sociales initiées par l’Ambassade de Chine au Togo, a pour but d’aider la population vulnérable dans cette période difficile.».  Et d’ajouter : « En tant que bon ami et frère, le peuple chinois reste uni comme toujours avec le peuple togolais dans le combat contre la pandémie du COVID-19 ».  

Signalons enfin que le projet des  restaurants communautaires lancé  il y a 6 mois par l’ANADEB,  a permis d’offrir près de 26.000 repas gratuits aux plus démunis.

 

Le processus de décentralisation  au Togo vient encore une fois de recevoir un financement de la République Fédérale d’Allemagne.  La signature de cet accord de coopération financière entre  les deux pays a eu lieu le 15 mai dernier à Lomé.

3,3 milliards de FCFA, c’est le montant alloué par la République Fédérale d’Allemagne, pour soutenir le processus de décentralisation au Togo. Ce fonds servira à la construction des maries dans les nouvelles communes. Cet accord de coopération financière entre les deux pays a été signé par Ayawovi Demba Tignokpa, ministre de la Planification du développement  et de la Coopération et Matthias Veltin, ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Togo, en présence du directeur de cabinet du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Bakai Baoubadi.

Cet accord se situe dans le cadre de la quatrième phase du Programme d’Appui à la Décentralisation (PAD  IV). La phase III  du programme avait été soutenue à hauteur de 8 millions d’euros, portant ainsi le total du financement à 13 millions d’euros pour la construction de nouvelles mairies, leur équipement, électrification et digitalisation.

En septembre 2019, le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya, déclarait que « ces appuis financiers permettront d’offrir un cadre de travail approprié aux nouveaux élus communaux.»

L’accompagnement de la République Fédérale d’Allemagne à ce processus de décentralisation au Togo date de 2012 et en 8 ans, elle y a injecté plus de 30 milliards FCFA.

Outre cet accompagnement financier, la Bundesrepublik apporte son expertise technique dont la finalité est de déboucher sur l’effectivité de la démocratie à la base.

L’Allemagne, à travers la KFW, appuie le Togo sur trois axes principaux depuis quelques années: la formation professionnelle et technique et l’emploi des jeunes, la santé et le développement rural  et enfin la décentralisation et la gouvernance.

Il est à noter qu’après plus de 30 ans de délégations spéciales, le Togo a organisé le 30 juin 2019 des élections locales qui ont permis d’élire 1 527 conseillers municipaux dans 117 communes.  

Eyram  AKAKPO