Coopération

Le Président  togolais Faure Gnassingbé et l’Ambassadeur égyptien en poste à Lomé,  Karim SHERIF  ont procédé le 25 Novembre 20147 à la  pose de la  première pierre de la 'ferme agricole moderne égypto-togolaise d’Abatchang' (FAMETA), fruit d’un partenariat entre les deux pays.

Le projet est développé  dans  la localité d’Abatchang' dans le canton de Lama-Tessi (préfecture de Tchaoudjo). Pour les experts égyptiens, la région Centrale offre une situation idéale.

Outre l’Ambassadeur,  le Chef de l’Etat avait à ses côtés,  Maher El-Maghrabi, le directeur exécutif du projet égyptien des fermes modèles (ministère de l'Agriculture).

'La FAMETA contribuera au renforcement de la recherche agricole, à l'amélioration de la productivité agricole et à la formation des producteurs’, a indiqué M. El-Maghraby.

La ferme s’étendra sur une superficie de 150 hectares. Elle comprendra  des infrastructures agro-pastorales, des aménagements hydro-agricoles et d’aquaculture, des zones d'expérimentation et de production végétale.

Des unités de transformation sont également prévues.

Les responsables égyptiens ont déjà débuté les sessions de formation et des équipements ont été importés au Togo.

Le Coût global du projet est d'un milliard de Fcfa à la charge de Lomé et du Caire.

'L’ambition de l’Egypte est d’aider les pays africains à développer leur secteur agricole. Les fermes communes ont pour objectif de renforcer la coopération sud-sud par le transfert de compétences et de technologies. Nous subventionnons l’installation de fermes afin de garantir l’autosuffisance alimentaire', a expliqué  Maher El-Maghrabi.

Rappelons que  des fermes similaires existent déjà en Zambie, en Tanzanie, à Zanzibar et au Mali. D’autres verront le jour prochainement en Mauritanie, en République Démocratique  du Congo, au Tchad et au Cameroun.

L'Union Européenne (UE) et l'Agence Nationale de Volontariat au Togo (ANVT) ont signé ce 11 octobre 2017 au siège de l'institution européenne à Lomé un accord pour mobiliser une centaine de jeunes volontaires. Cet accord permettra aux volontaires togolais d'être déployés sur les projets financés par l'UE. L'idée est de les impliquer davantage dans la recherche des solutions durables au développement du Togo et surtout à leur développement personnel.

Le Directeur Général de l'ANVT, Omar AGBABGBA a déclaré que ces jeunes bénéficieront d'expériences dans de nombreux domaines comme ceux de l'énergie, l'eau et l'assainissement, la justice, la décentralisation, l'environnement, la gestion des finances publiques et la santé.

Cristina MARTINS BARREIRA, Chef de la délégation de l'UE a rassuré qu'une cinquantaine de ces jeunes sera mobilisée d'ici la fin de l'année et la seconde moitié sera atteinte avant la fin de l'année 2018.

L'accord << marque une nouvelle ère pour le programme de volontariat >> selon le Ministre du Développement a la Base, Victoire TOMEGAH-DOGBE puisqu'il permettra à l'ANVT de postuler aux appels à projets lancés par l'UE.

Il sied de préciser que cet accord s'inscrit dans le cadre du Sommet Union Européenne- Union Africaine qui rassemblera une centaine de jeunes leaders de toute l'Afrique les 29 et 30 novembre prochains autour du thème << investir dans la jeunesse. >>

Helmut PINTO

L’Alliance Nationale des Consommateurs de l’Environnement au Togo (ANCE-Togo) a lancé officiellement ce mardi 29 Août à Lomé un « projet pilote d'actions en justice pour lutter contre la corruption ».  C’était au cours d’une conférence d’une demi-journée qui a vu la participation des acteurs clés impliqués dans la lutte contre la corruption dans le monde en général et au Togo spécialement. L’Union Européenne (UE), l’un des acteurs engagés dans cette lutte à l’échelle mondiale a accordé 500.000 euros à ce projet destiné à promouvoir la bonne gouvernance et la lutte contre  la corruption sur le territoire togolais.

Il n’est plus un secret pour personne que la corruption est un fléau qui retarde le développement économique au Togo de façon considérable et constitue donc une cause majeure de la pauvreté qui touche la population togolaise. Conscient de cet état des choses, les membres et les responsables de l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE) veulent mener une lutte réelle à travers un projet dénommé « Projet pilote d'actions en justice pour lutter contre la corruption. »

L’idée selon le Directeur Exécutif  de l’ANCE-Togo Fabrice EBEH c’est de renforcer les capacités d’une cinquantaine d’organisations de la société civile qui vont à leur tour, informer 4 millions de Togolais sur les mécanismes de lutte contre la corruption. Ce projet de l’ANCE vise également à renforcer les programmes d’enseignement sur les droits de l’homme et la lutte contre l’impunité au Togo.

Le projet recevra des accompagnements de plusieurs institutions et organisations déjà engagées dans cette lutte au Togo dont l’Office togolais des recettes, l’Autorité de régulation des marchés publics, Transparency international et surtout l’UE qui accorde un financement de 500.000 euros. Nicolas Berlanga-Martinez, le Chef de la Délégation de l’UE au Togo a réaffirmé l’appui de son institution à l’ANCE pour aider le gouvernement à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) au Togo.

Helmut PINTO

Le Togo et l’Allemagne ont matérialisé une fois de plus leur coopération  à travers  la signature  ce vendredi 13 Octobre 2017 d’un accord  financier  d’un montant de 37 millions d’euros, soit un peu plus de 24 milliards de Fcfa.

Les documents ont été signés  par le Ministre togolais des Affaires Etrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, le Professeur Robert Dussey et l’Ambassadeur de l’Allemagne au Togo, Christoph Sander.

Cette enveloppe est dédiée à la 2e phase du programme d’appui aux pistes rurales, au renforcement de la décentralisation, à la formation technique  et professionnelle, à l’énergie et à l’emploi des jeunes.

Ces secteurs sont ceux définis par l’Allemagne depuis la reprise de la coopération  en 2008. Sur le terrain, cette aide sera  coordonnée par la GIZ, Agence de coopération allemande.

Christoph  Sander a jugé satisfaisants les projets sur financements allemands déjà exécutés. « Ce financement démontre l’amitié entre nos deux peuples et la volonté de l’Allemagne d’accompagner le Togo sur sa voie de la modernisation et du développement », a-t-il déclaré.

« Voilà un fruit réel de la coopération entre l’Allemagne et le Togo. Nous ne pouvons que vous remercier et donner la garantie que ces fonds que vous mettez à la disposition du pays seront utilisés à bon escient par nos dirigeants et par tous les acteurs concernés. Soyez rassuré que l’argent du contribuable allemand sera bien utilisé au Togo », a rassuré Robert Dussey.

Le Chef de la diplomatie togolaise a encouragé l’Allemagne à continuer par faire confiance au gouvernement pour le développement socioéconomique du Togo.

 Il sied  de rappeler  qu’en juillet 2016, le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé a effectué une visite à Berlin où il a signé avec le gouvernement allemand, un accord de coopération d’environ 60 millions d’euros. L’accord  signé hier vendredi à  Lomé n’est qu’un prolongement de celui signé à Berlin entre le Togo et l’Allemagne.

 

 

Une convention  de  financement du Programme de Renforcement du Sanitaire-Santé Reproductive et Droits Sexuels (SRDS) a été signé ce mardi 26 septembre 2017 à Lomé entre le gouvernement togolais et la banque allemande KFW. L'objectif  de  ce  financement selon Moustafa MIJIYAWA,  Ministre en charge de la Santé et de la Protection Sociale, << est de contribuer à l'amélioration de la santé au Togo surtout dans le domaine de la santé reproductive et des droits sexuels. >>

Les documents d'accords ont été signés en présence de Christoph SANDER, Ambassadeur allemand au Togo, de la Représentante de la banque KFW Cornelia TITTMANN et des ministres togolais de la Santé Moustafa MIJIYAWA et de l'Economie et des Finances Sani YAYA. Le projet comporte trois composantes. La première concerne la construction, l'extension, la réhabilitation et les équipements pour la mise en œuvre du projet dans la région de la Kara qui est ciblée. Une seconde composante est destinée à  l'appui de  l'approche qualité et la formation continue et enfin  la  troisième concerne le développement des activités de communication et de plaidoyer de simulation de la demande de services de santé reproductive.

L'Ambassadeur Christoph SANDER et la Représentante de la banque KFW ont affirmé leur volonté à prêter  mains fortes  au système sanitaire du Togo pour le bonheur des togolais. Cette convention permettra sans doute de renforcer la qualité des services sanitaires au Togo en général, et particulièrement pour répondre aux droits des femmes en âge de procréer (15 à  49 ans) et des enfants (0 à  6 semaines).

Helmut PINTO

Victoire Tomegah-Dogbe, la ministre togolaise du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes séjourne depuis le début de la semaine au Caire. A la tête d’une délégation de son département, Mme Dogbé a échangé mardi avec son homologue égyptien en charge de la jeunesse et des sports pour le partage des expériences en vue de l'épanouissement des jeunes.

Après un accueil chaleureux réservé à la délégation, la Ministre Tomegah-Dogbé et sa suite ont eu à visiter le Nil et les Pyramides.

Mardi en milieu de matinée, la délégation a été reçue par le ministre égyptien de la jeunesse et des sports, Khalid Abdul Aziz.

Les échanges ont porté sur les possibilités  de coopération entre les deux départements ministériels dans la logique des relations bilatérales qui existent entre le Togo et l’Egypte.

La délégation de Victoire Dogbé est composée de Telata Arime Anala,  Directeur de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, d’Omar Agbangba,  Directeur général de l’Agence nationale de volontariat du Togo (ANVT), de Régis Batchassi,  Président du Conseil national de la jeunesse (CNJ) et de Mazalo Katanga,  Directrice générale de l’ANADEB.

.