Coopération

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture a lancé officiellement ce mercredi 22 mars à Lomé, en collaboration avec le Ministère de l’environnement et des ressources forestières le « projet d’appui à la valorisation et à la modernisation des filières des produits forestiers non ligneux au Togo ». Le lancement a été couplé de la validation du programme national de reboisement (PNR) en présence du Représentant de la FAO au Togo Monsieur Antonio Isaac Monteiro et d’André Johnson, Ministre de l’environnement et des ressources forestières.

Ce projet financé par la FAO à hauteur 151 millions de FCFA pour une période de 24 mois, a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la création d’emplois et la réduction de la pauvreté à travers la gestion durable des produits forestiers non ligneux. L’appui-accompagnement, la formation et le suivi des activités du projet permettra aux bénéficiaires d’augmenter la disponibilité des produits forestiers non ligneux, de mieux les valoriser et d’améliorer les techniques d’exploitation de cette filière. Laquelle est protégée par le code forestier togolais. « En plus de la sensibilisation accrue, il y aura qu’à même des textes juridiques spécifiques de ces produits forestiers non ligneux pour pouvoir gérer de façon durable des ressources forestières», a déclaré le Capitaine Samarou Moussa, Coordonnateur du projet.

                              Le Ministre Johnson de l'Environnement

La validation du Programme national de reboisement qui aussi était à l’ordre du jour vise à accroître progressivement le taux de couverture forestière de 24,4% à 30% à l’horizon 2050. Pour le docteur Afelu Baremna, Coordonnateur national de ce programme, «l’aspect innovant qui se trouve dans ce document c’est que le document identifie comment rechercher les semences, comment produire les plants, comment les mettre en terre, comment sauvegarder et protéger les forêts existantes, comment les exploiter de façon durable»

Plus de quatre-vingt participants issus des institutions publiques et privées, des partenaires techniques et financiers prennent part à cette réunion qui s’achève ce jeudi 23 mars.

Eyram AKAKPO

 

 

 

 

 

L’Ambassadeur d’Egypte au Togo, Son Excellence Karim SHERIF, a fait jeudi dernier le point de la coopération entre son pays et le Togo. Cette cérémonie a eu lieu en présence du Ministre des Transports et des Infrastructures, Ninsao Gnofam; le Président de la Cour Constitutionnelle, Aboudou Assouma; le Directeur Général de l’Agence nationale de l’Aviation civile (ANAC), Gnama LATTA.

Concernant les relations entre les deux pays, l’axe a été mis sur la coopération dans le domaine de transport maritime et aérien puis dans le domaine juridique. Ainsi, les memoranda signés dans ces domaines ont été signifiés à la presse.

Dans le domaine de transport aérien, il y aura des formations et le transfert de technologies. Un centre égyptien de maintenance et de formation en aéronautique sera bientôt créé à Lomé pour la sous-région ouest-africaine. De plus, la Compagnie aérienne d’Egypte, Egypt Air va bientôt desservir l’Aéroport de Lomé.

Dans le transport maritime, un accord a été signé en Novembre 2016 entre le Port autonome de Lomé et celui d’Alexandrie créé en l’an 323 avant Jésus Christ.

Le 21 février 2017, les Cours Constitutionnelles du Togo et d’Egypte ont signé au Caire un mémorandum d’entente dans le domaine judiciaire.

Selon, le Président de la Cour Constitutionnelle du Togo, Aboudou Assouma  ce document permettra de développer l’échange d’expériences et d’informations sur le plan de la justice constitutionnelle conformément aux normes et pratiques internationales. 

Plusieurs domaines sont concernés par cette convention. Entre autres, il y a la désignation par chacune des parties d'un juge de la Cour qui sera chargé de la communication, la coordination et le suivi des exigences de la coopération. 

Le Mémorandum confère le droit à la  mise sur pied d'un haut comité conjoint, présidé par le président de la Cour Constitutionnelle dans chacun des deux côtés appartenant au comité, chargé de définir les cadres généraux de coopération et les mécanismes qui garantissent sa réalisation et son succès. 

La clause inclut aussi la modernisation de travail des deux Cours ainsi que l'échange des visites des délégations et l'organisation de séminaires conjoints. 

Pour l'Ambassadeur SHERIF, les deux cours ont démontré qu'une coopération Sud-Sud est également possible dans le monde diplomatique. 

Ce mémorandum est un modèle de coopération Sud-Sud en matière de justice constitutionnelle dans le processus d'intégration de l’Afrique", a-t-il déclaré.

D'ailleurs cette convention historique a  fait l'objet de convoitise le jour dès sa signature, car, d'autres Cours Constitutionnelles ont immédiatement demandé à emboiter le pas à celle du Togo.

A voir ce panorama de la coopération entre le Togo et l’Egypte, on peut dire sans être démenti que les relations entre les deux pays sont au beau fixe.

David Ricardo

 

Décidemment l’Ambassadeur Egyptien en poste à Lomé, Son Excellence Mohamed Karim SHERIF veut marquer d’une encre indélébile son passage au Togo. Une véritable diplomatie agissante. En séjour actuellement dans son pays depuis le 11 Février, il ne cesse de faire défiler les autorités togolaises au Caire, la capitale égyptienne.

Du 19 au 22 Février 2017 se tient au Caire pour la première fois une rencontre entre les Chefs ou Présidents des Cours Constitutionnelles des pays africains. Le Togo y participe par le biais du Président de sa Cour Constitutionnelle, Aboudou Assouma qui foule le sol égyptien depuis le 17 Février. Monsieur Assouma a salué cette initiative de la Cour Constitutionnelle égyptienne. Il a également  salué la diplomatie pragmatique du président togolais et  remercié les autorités égyptiennes pour l'accueil chaleureux, l'excellente organisation  et surtout l'esprit de coopération qui existe le Togo et l’Egypte. Il s’est réjoui de la volonté du président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi de booster la coopération sud-sud et se dit ému du niveau de développement atteint  par l'Égypte.

Au deuxième  jour de cette rencontre, Aboudou Assouma a signé un mémorandum d’entente avec son homologue égyptien Abdel Wahab Abdel Razek pour la coopération entre les deux Cours Constitutionnelles dans les domaines juridique et légal. Cette signature a eu lieu ce mardi 21 février 2017 au Caire sous les regards admirateurs de l’Ambassadeur égyptien accrédité au Togo, Karim SHERIF, qui a travaillé en couloir pour que  le Togo soit sur orbite lors de cette rencontre de 54 pays. Ceci pour dire qu’on ne naît pas diplomate mais on le devient.

    On reconnaît l'Ambassadeur SHERIF, témoin de la signature de l'Accord entre les deux Juridictions

                            Vue  partielle  de l'assistance  lors de la  Signature

Il sied de rappeler  que la semaine dernière (jeudi 16 Février précisément), le Président togolais Faure Gnassingbé accompagné de son Ministre des Transports et des infrastructures Ninsao Gnofam et le Directeur de l’Aviation Civile du Togo Colonel Gnama Latta étaient au Caire pour matérialiser la coopération dans le domaine des transports aérien et maritime avec le Pays des Pharaons.

Signalons que la Rencontre des Présidents des Cours Constitutionnelles prendra fin demain mercredi 22 Février 2017  dans la soirée.

Catherine NÜGLER, Notre Envoyée Spéciale au Caire

La coopération entre le Togo et les Etats-Unis est  en marche. Des professeurs et des étudiants de l’Université du Mississippi  séjournent  au Togo. Ils  participent pour la 6e année à une campagne d’aide en faveur du Togo.

Avec  l’appui  financier  des Membres de l’association ‘Ingénieurs sans frontières’ (EWB) et des généreux donateurs, ils réalisent des forages en zone rurale.

Ainsi, deux enseignants et 6 étudiants se trouvent dans le village d’Akoumapé  dans la préfecture de Vo  jusqu’au 20 mars.

L'équipe sur place cette année est dirigée par Robert Holt, professeur de géologie et de génie géologique, et Paul Scovazzo, professeur agrégé de génie chimique.

Le puits construit dans le village aura une profondeur de 270 à 300 mètres.

Nous allons recueillir des échantillons géologiques, surveiller le forage et l'installation du carter.  Nous réaliserons ensuite un test de pompage pour déterminer les propriétés de l'aquifère, a laissé  entendre  Robert Holt, Chef de  délégation.

Signalons que  l’Université est parvenue  à lever 20.000 dollars pour réaliser ce forage pour le  bonheur de ces populations de  Vo.

L’Ambassadeur d’Egypte au Togo, Son Excellence Karim SHERIF, a fait jeudi dernier le point de la coopération entre son pays et le Togo. Cette cérémonie a eu lieu en présence du Ministre des Transports et des Infrastructures, Ninsao Gnofam; le Président de la Cour Constitutionnelle, Aboudou Assouma; le Directeur Général de l’Agence nationale de l’Aviation civile (ANAC), Gnama LATTA.

Concernant les relations entre les deux pays, l’axe a été mis sur la coopération dans le domaine de transport maritime et aérien puis dans le domaine juridique. Ainsi, les memoranda signés dans ces domaines ont été signifiés à la presse.

Dans le domaine de transport aérien, il y aura des formations et le transfert de technologies. Un centre égyptien de maintenance et de formation en aéronautique sera bientôt créé à Lomé pour la sous-région ouest-africaine. De plus, la Compagnie aérienne d’Egypte, Egypt Air va bientôt desservir l’Aéroport de Lomé.

Dans le transport maritime, un accord a été signé en Novembre 2016 entre le Port autonome de Lomé et celui d’Alexandrie créé en l’an 323 avant Jésus Christ.

Le 21 février 2017, les Cours Constitutionnelles du Togo et d’Egypte ont signé au Caire un mémorandum d’entente dans le domaine judiciaire.

Selon, le Président de la Cour Constitutionnelle du Togo, Aboudou Assouma  ce document permettra de développer l’échange d’expériences et d’informations sur le plan de la justice constitutionnelle conformément aux normes et pratiques internationales. 

Plusieurs domaines sont concernés par cette convention. Entre autres, il y a la désignation par chacune des parties d'un juge de la Cour qui sera chargé de la communication, la coordination et le suivi des exigences de la coopération. 

Le Mémorandum confère le droit à la  mise sur pied d'un haut comité conjoint, présidé par le président de la Cour Constitutionnelle dans chacun des deux côtés appartenant au comité, chargé de définir les cadres généraux de coopération et les mécanismes qui garantissent sa réalisation et son succès. 

La clause inclut aussi la modernisation de travail des deux Cours ainsi que l'échange des visites des délégations et l'organisation de séminaires conjoints. 

Pour l'Ambassadeur SHERIF, les deux cours ont démontré qu'une coopération Sud-Sud est également possible dans le monde diplomatique. 

Ce mémorandum est un modèle de coopération Sud-Sud en matière de justice constitutionnelle dans le processus d'intégration de l’Afrique", a-t-il déclaré.

D'ailleurs cette convention historique a  fait l'objet de convoitise le jour dès sa signature, car, d'autres Cours Constitutionnelles ont immédiatement demandé à emboiter le pas à celle du Togo.

A voir ce panorama de la coopération entre le Togo et l’Egypte, on peut dire sans être démenti que les relations entre les deux pays sont au beau fixe.

David Ricardo

 

L'Ambassadeur de l'Union européenne, Nicolás BERLANGA MARTINEZ, a participé le 16 février 2017 à Mango au lancement du "Projet d'amélioration de l'accès aux services de l'eau potable et d'assainissement dans les communes de Dapaong et Mango" (PAASEA). Le projet vise à améliorer l'accès à l'eau potable et à l'assainissement dans ces communes. Financé à hauteur d'environ 328 millions de FCFA (sur un total de 437 millions) par l'Union européenne et mis en œuvre par l'ONG Communication pour un développement durable (CDD), le projet réhabilitera une partie du réseau d'eau potable dans les deux localités, renforcera leurs moyens d'assainissement et améliorera les capacités des structures locales afin de gérer et pérenniser ces acquis. Les activités appuieront également le travail des comités de quartiers dans la participation citoyenne de ces deux villes de la région des Savanes.

 Visite des personnes déplacées

 Profitant de son séjour dans la région, l'Ambassadeur de l'UE s'est intéressé à la situation des personnes déplacées, majoritairement Peulhs, à la suite des récentes violences autour de Takpamba (Préfecture de l'Oti) et des villages d'alentour. Accompagné du directeur de CDD, il a visité un des  camps qui accueille une partie des déplacés. Sur les lieux, l'Ambassadeur s'est félicité de la rapidité de la réponse du gouvernement aux problèmes posés et de la solidarité de plusieurs institutions pour accueillir et aider les victimes dans cette période difficile.

 Transhumance

 Les conflits intercommunautaires ayant souvent pour cause des activités liées à la transhumance sont aussi anciens et complexes. Au travers des projets tels que celui qui vient d'être lancé à Mango, l'UE tente d'améliorer les conditions de vie des populations ainsi que l'accès aux services de base dont bénéficient tous les citoyens togolais, indépendamment de leur origine ethnique.

 De manière plus concrète, et en raison des conflits récurrents de la transhumance, l'UE a financé des activités dans les régions des Savanes, de la Kara, Centrale et des Plateaux pour réduire les risques liés à cette activité. Ainsi, entre février 2014 et juillet 2016, l'UE a soutenu un projet de l'ONG Acting for Life visant à aménager et à sécuriser certains couloirs de transhumance et des espaces pastoraux stratégiques. Pour un montant de 462 millions de FCFA, l'UE soutient ces activités qui se sont déroulées dans une approche inclusive afin de sensibiliser les communautés concernées.

 En appui à ces actions dans la région, l'UE finance également à hauteur de 65.6 millions de FCFA, en complément des travaux de réhabilitation du marché de bétail de Cinkassé.