Les 20 et 21 Avril 2018, le Ministre Gabonais des Affaires Etrangères et Président de la Conférence des Ministres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) a séjourné à Lomé, la capitale togolaise. A cette occasion, il a rencontré son homologue togolais, le professeur Robert DUSSEY. Les deux personnalités ont eu lors de ce séjour du Ministre Gabonais une rencontre destinée à jeter les bases d’un imminent sommet conjoint entre la CEEAC et la CEDEAO  devant plancher sur les questions de paix, de sécurité et de lutte contre l’extrémisme violent dans les deux sous-régions. Cette rencontre a connu la participation, outre des deux ministres, de  François Fall, représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour Afrique centrale, son homologue pour l’Afrique de l’Ouest, Docteur Mohamed Ibn Chambas et le secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi. L’annonce de ce sommet réjouit énormément la Consule Générale de la République Centrafricaine  au Togo. Marie-Thérèse  AKIBODE-ZOUNGOULA (en photo, foulard rouge au cou),  puisqu’il s’agit d’elle, se prononce sur ce sujet et d’autres questions d’actualité. Elle a accepté volontiers, se prêter aux questions de l’Agence de presse « Corps Diplomatic Togo».

Lisez plutôt.

 Madame la Consule Générale, que vous suggère l’annonce de ce sommet conjoint CEEAC-CEDEAO?

Monsieur le journaliste,  je peux vous affirmer du fond du cœur  que cette rencontre sera la bienvenue dans la mesure où les questions de paix et de sécurité  me  préoccupent énormément  comme c’est le cas pour les plus hautes autorités de mon pays notamment Son Excellence Monsieur  le Président de la République Centrafricaine. En un mot, ce sommet sera le bienvenu dans la mesure où les défis sécuritaires sont énormes dans les deux sous-régions.

Madame, il y a environ un mois, le Président  Faustin Archanges TOUADERA  a  célébré le deuxième anniversaire de son accession au pouvoir, que retenir de ces deux ans de pouvoir?

  Merci beaucoup pour cette question. Je puis vous affirmer que la paix, la sécurité et la réconciliation nationale; l’assainissement des finances publiques et la relance des secteurs productifs; la réforme de l’administration et la satisfaction des besoins essentiels des populations demeurent les axes prioritaires de Son Excellence Monsieur le Président de la République. 

Au cours de deux ans de pouvoir,  il a poursuivi les efforts en vue du rétablissement de la paix et de la sécurité, la restauration de l’autorité de l’Etat, le vivre ensemble, la cohésion sociale, la réconciliation nationale et la mobilisation des ressources en vue de soutenir les efforts de relèvement du pays.

Sa priorité et l’impératif qu’il a assignés au Gouvernement demeurent toujours la paix, la sécurité sur l’ensemble du territoire et la réconciliation nationale. Cette priorité consiste à lutter contre la présence de l’activité des groupes armés en République Centrafricaine, en appliquant sans délai le programme du Désarmement, de la Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), en réformant le secteur de la sécurité (RSS), en reconstruisant les FACA et les forces de sécurité intérieure avec pour objectif principal la mise en place des forces de défense nationale et de sécurité intérieure, professionnelles, apolitiques, représentatives et équilibrées.

 En ce qui concerne le programme du Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), le Chef de l’Etat a  mis en place la Coordination DDRR.

 

Il paraît que le Président a un rêve qui lui tient beaucoup à coeur, vous confirmez?

Le rêve  du Président Touadera pour la République Centrafricaine  est d’ éduquer, nourrir, soigner, loger et protéger tous ses enfants du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest dans la quiétude d’une nation diverse et réconciliée conformément à la philosophie du Premier Prêtre oubanguien et fondateur de la République centrafricaine, Barthélémy BOGANDA.

Et aussi, il a fait un plaidoyer pour la paix en RCA ..?  

Si si. Son plaidoyer a conduit à une mobilisation sans précédent de la solidarité internationale  en  faveur de la RCA, pour assurer la réalisation du plan de relèvement et de consolidation de la paix en République Centrafricaine, le RCPCA. Pour  assurer ce plan, son gouvernement  a conclu un accord servant de nouveau  cadre d’engagement  mutuel entre la République  Centrafricaine et la Communauté Internationale.

                       ( Quelques membres du corps diplomatique accrédités  au Togo)

L’évaluation commune  faite avec les partenaires, a permis  d’identifier les forces à consolider  ainsi que les domaines à améliorer, voire à corriger. Malgré toutes les faiblesses inhérentes à la situation spécifique de la RCA, tout a été mis en œuvre par le gouvernement TOUADERA pour redoubler d’effort, afin d’atteindre les objectifs stratégiques  et permettre aux Centrafricains de jouir  pleinement  des dividendes du retour à la légitimité et à la légalité constitutionnelle en matière de sécurité. Le gouvernement a mobilisé  toutes ses énergies pour consolider le processus  menant à l’arrêt de toutes les hostilités sur le territoire national.

C’est au prix de laborieux efforts que la participation  active et permanente  aux travaux du  Comité consultatif  et de suivi (CCS)  des 14 groupes armés engagés dans le programme  national de désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement (PNDDRR) le dit comité avait  tenu avec succès sa 7e session les 03 et 04 Août 2017.

Dans cette quête  de paix, la contribution de la communauté Sant ‘Egidio qui a mené à l’entente  de Rome du 19 Juin 2017.

A cette occasion, tous les groupes armés ont eu à réaffirmer leur attachement à l’intégrité du territoire  national, à nos valeurs  communes.

Un soutien du travail  d’harmonisation de tous les efforts  de  paix en RCA qui a  abouti à l’adoption  de la feuille de route pour la paix et  la réconciliation en République Centrafricaine. A  Libreville, le 17 Juillet  2017, une avancée majeure   a marqué l’engagement indéfectible des pays  voisins, de l’Union Africaine, de la CEEAC et de la CIRGL au succès  de cette  quête inlassable de paix.

Le gouvernement œuvre à la reconstruction d’une armée nationale, représentative,  professionnelle et républicaine  dans le cadre  de la réforme du secteur de la sécurité, s’inspirant  d’une politique nationale de sécurité.  L’appui offert  par  l’EUTM-RCA a permis la formation  de deux  bataillons prêts  à être déployés. Cinq cents policiers et gendarmes ont été recrutés  avec  le concours de  la Minusca.

Tout ceci prouve la détermination des plus hautes autorités centrafricaines à œuvrer pour la paix, la cohésion nationale et le développement.

 

Madame la Consule Générale, votre mot de la fin?

Je tiens à réitérer mes félicitations aux Présidents togolais et gabonais,  Leurs  Excellences Faure Essozimna Gnassingbé et Ali  BONGO respectivement Présidents en exercice de la CEDEAO et de la CEEAC pour leur initiative d’organiser  un sommet sous l’égide des Nations Unies pour la restauration de la paix et  la sécurité dans les deux sous-régions. Je ne saurais terminer mon interview sans réitérer mes félicitations à Son Excellence Monsieur Faustin Archange TOUADERA  pour le bilan positif de ses deux ans à la tête de notre cher et beau pays, la République Centrafricaine.

Interview réalisée par Jean-Baptiste ATTISSO