La désignation de Faure Gnassingbé comme Président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et les questions sécuritaires au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) ne laissent pas indifférente la Consule Générale de la République Centrafricaine  au Togo. Marie-Thérèse ZOUNGOULA-AKIBODE (en photo),  puisqu’il s’agit d’elle, est sortie de son mutisme pour se prononcer sur ces sujets d’actualité. Cette Dame de fer, mère de cinq enfants, fonctionnaire centrafricaine  très dynamique, fait encore parler d’elle après sa  double distinction par son Etat: « Chevalier puis Officier de l’Ordre de mérite centrafricain ». D'un palmarès hors pair, elle a accepté volontiers, se prêter aux questions de l’Agence de presse « Corps Diplomatic Togo».

Lisez plutôt.

Bonjour Madame le Consul Général de la République Centrafricaine au Togo et merci d’avoir accepté notre sollicitation.

Réponse : Bonjour.

Vous avez pris part  le vendredi 07 Juillet 2017 à la cérémonie de présentation de la feuille de Faure Gnassingbé en  tant  que  Président en exercice  de la CEDEAO. Lors de cette  cérémonie, vous avez plaidé pour une coopération entre la CEDEAO et la CEEAC en  matière  sécuritaire. Dites-nous, Madame, ce qui motive ce plaidoyer ?

Réponse : Monsieur le journaliste, je vous remercie. Permettez-moi de présenter les félicitations de Son Excellence Monsieur Faustin Archange TOUADERA à son homologue  Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE pour avoir été choisi par ses pairs de la CEDEAO pour présider la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement  de cette institution. Je vous dirai que pendant  la conférence  qui a eu lieu le vendredi 07 juillet à Lomé et qui a été animée par le Ministre togolais des Affaires Etrangères de la Coopération et de l’Intégration Africaine, Professeur  Robert DUSSEY et le Président de la Commission de la CEDEAO, Monsieur Marcel Alain de SOUZA en présence de certaines autorités togolaises et surtout des Diplomates accrédités au Togo, je me suis donc permise  de plaider pour une action collégiale entre ces deux organisations:la CEDEAO et la CEEAC. Pourquoi? Pour une coopération étroite qui doit lutter efficacement contre l’extrémisme violent et le terrorisme qu’on trouve de plus en plus dans toute l’Afrique et pour maintenir la paix et la sécurité dans toutes les régions du continent. Nous vivons tous les jours malheureusement des situations qui nous prouvent que l’Afrique n’a vraiment pas de frontières. Il y a une interpénétration des populations  entre les régions.  Il en est de même pour les armes. Nous pensons que la coopération entre ces deux organisations doit être de plus en plus étroite pour sécuriser toute l’Afrique parce que les armes circulent très facilement. Quand ça quitte un pays, ça va facilement dans un autre pays et les premières victimes sont les femmes et les jeunes. C’est la grande raison pour laquelle j’ai eu à plaider. Et nous avons eu des réponses satisfaisantes de la part du Président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain de SOUZA.

Je puis aussi vous dire que la question sécuritaire préoccupe au plus haut degré les sommités de nos Etats. En témoigne  la visite effectuée le 13 Juillet dernier à Lomé par le Président Ali BONGO ONDIMBA, Président en exercice de la CEEAC  chez son homologue togolais, Faure GNASSINGBE,  Président en exercice de la CEDEAO.

 

Vous êtes la Représentante officielle de la République Centrafricaine au Togo. Pourriez-vous nous parler  à présent des relations de coopération entre le Togo et la RCA?

Réponse : Les relations sont bonnes. Je dirai même très bonnes dans plusieurs domaines. La coopération en matière électorale. Parmi les experts internationaux qui se rendent souvent en Centrafrique, nous avons beaucoup d’experts togolais, œuvrant dans des ONG nationales  et internationales qui interviennent dans différents domaines pour la formation militaire et religieuse de leurs frères centrafricains. En dehors de ça,  nous avons une  coopération dans le domaine du maintien de la paix. Dans ce domaine, nous avons des contingents militaires togolais qui se rendent régulièrement en Centrafrique pour lutter contre le terrorisme aux côtés de leurs frères centrafricains. Et en matière de formation de la jeunesse, nous avons beaucoup d’étudiants qui sont centrafricains et qui poursuivent leurs études dans les universités publiques et privées au Togo, certaines grandes écoles à l'instar de l'Ecole du Service de Santé des Armées de Lomé (ESSAL), l'Ecole Nationale d'Administration (ENA) et l'Ecole Africaine des Métiers de l'Architecture et de l'Urbanisme (EAMAU). Nous en avons beaucoup ici à Lomé et cela jusqu’au nord du Togo. Dans tous les domaines nous avons des étudiants centrafricains. C’est pour vous dire que pour la relève de qualité, le Togo nous aide beaucoup dans la formation de la jeunesse centrafricaine. Nous n’allons pas oublier les commerçants centrafricains qui viennent au Togo pour leurs affaires.  Ils sont satisfaits. Nous avons un service de transit également donc des commerçants centrafricains viennent s’approvisionner au Togo. Nous n’oublions pas les mariages mixtes qui se font entre Togolais et Centrafricains.

Le 30 Avril 2017 et dans le cadre de l'émission "Dernier Dimanche du mois" qui passe à la Télévision togolaise, notre communauté a présenté des danses folkloriques  et un poème de remerciement dédié  au 57e anniversaire de l'accession du Togo à la souveraineté internationale. 

Le Consulat Général participe activement aux activités de la Semaine de l'Intégration Africaine qu'organise chaque année le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l'Intégration Africaine. Et lors de la deuxième Edition de cet événement qui a eu lieu les 22, 24 et 26 Mai 2017, le Ministère a réitéré l'engagement du gouvernement togolais à oeuvrer, toujours de concert avec le Consulat Général  de la Centrafrique, au renforcement de la coopération exemplaire existant entre nos deux pays.  Voilà en gros ce que je peux vous dire dans les faits que nous vivons tous les jours au Togo. Cela prouve  la ferveur qui marque les relations de fraternité, d'amitié et de coopération entre les deux peuples. 

La Consule Générale (habillée en vert) lors de la Conférence tenue le 07 Juillet dernier au Ministère des Affaires Etrangères à Lomé avec les membres du corps diplomatique 

Depuis quelques mois, on remarque un afflux de Centrafricains vers  le  Togo. Qu’est-ce qui selon vous sous tend cette migration?

Réponse : Effectivement, les groupes armés qui descendent un peu partout et qui viennent en Centrafrique aussi. C’est la raison plausible.  Vous suivez sur les antennes que les réfugiés viennent agrandir le nombre de ressortissants centrafricains vivant au Togo. Et Dieu merci, nous avons l’aide du Ministère togolais de l’Action Sociale,  de la Promotion féminine et de l'Alphabétisation  et du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) pour  accueillir ces Centrafricains.

 A combien estimez-vous  aujourd’hui  votre  communauté  vivant ici à Lomé?

Réponse : Nous sommes à peu près entre 600 et 700. Je vous l’avais dit les réfugiés sont venus agrandir le nombre des ressortissants centrafricains au Togo. Ces chiffres ne sont pas exhaustifs puisqu’il y a certains qui n’aiment pas se faire déclarer officiellement au Consulat.

Quels sont  les problèmes auxquels  cette communauté est confrontée dans le train-train quotidien  surtout  avec  l’administration togolaise?

Réponse : Après plusieurs séances de travail avec le service togolais de l’immigration, la direction de ce service offre des facilités aux ressortissants centrafricains dans le cadre de leur séjour. Quand on est loin de son pays, on a toujours des difficultés. Souvent,  ils ont des problèmes de bourses, ils ont des problèmes financiers. C’est tout ce qui leur rend  la vie un peu difficile sinon, ils vont bien et ils sont en bons termes avec leurs frères Togolais.

Quels conseils avez-vous à  prodiguer  à cette communauté qui vous lira certainement  à travers cette Interview?

Réponse: Je ne cesse pas de dire à cette communauté surtout aux jeunes  que nous devons respecter notre pays d’accueil. J’insiste toujours sur leur comportement de dignité et de travail pour honorer la République Centrafricaine. Je leur demande de se comporter  comme de vrais Ambassadeurs centrafricains au Togo.

Madame, votre mot de la fin.

Réponse: Au nom de la République Centrafricaine et précisément au nom de notre président, Son Excellence Faustin Archange TOUADERA, nous tenons à remercier Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE pour l’hospitalité offerte  et ses efforts  pour aider la communauté centrafricaine à se sentir bien au Togo. Le président Faure GNASSINGBE qui ne cesse  de  mettre l’accent sur l’amitié entre les peuples. Le sommet sur l’Union Africaine que  nous venons de vivre en octobre 2016 s’est soldé par la signature de la charte de Lomé et c’est un important signe de coopération régionale et spécialement entre la CEDEAO et la CEEAC pour la paix et la sécurité dans toutes les régions du continent. A travers ce sommet, le Togo est ainsi en train de promouvoir une politique globale pour booster la sécurité et la sûreté dans le cadre de la coopération sud-sud afin d’éliminer la pauvreté et surtout de promouvoir le développement économique en Afrique. Nous lui en sommes très reconnaissants.  Vive  la Coopération entre la République Centrafricaine et la République togolaise. Vive la coopération entre la CEEAC et la CEDEAO.  Que  Dieu bénisse toute l’Afrique.

Madame le Consul Général, nous vous remercions pour votre disponibilité.

Réponse : C’est moi plutôt qui vous remercie.

Interview réalisée par Jean-Baptiste ATTISSO

Poignets de mains entre la Consule Générale et l’Ambassadeur de France au Togo, Marc Fonbaustier (le 14 Juillet 2017)