La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a organisé, les 19 et 20 avril 2021 à Kpalimé, un atelier d’information et de formation sur l’organisation, la gestion et la conservation du fonds documentaire à l’intention de 75 représentants de médias publics et privés des régions Maritime,  Plateaux et  Grand Lomé.

L’objectif de cet atelier est d’engager avec les médias sur les stratégies de gestion et de conservation du fonds documentaire, qui constituent  le patrimoine culturel et historique du Togo.

Selon Président de la HAAC, la formation part de la volonté d’approfondir les réflexions avec les médias sur la nécessité de disposer d’un fonds documentaire.

« C’est la volonté d’engager une réflexion profonde sur l’importance du fonds documentaire des médias en tant que mémoire des cultures nationales et les moyens et supports de sa conservation qui a conduit la HAAC à organiser ce séminaire qui s’inscrit dans la logique de son plan stratégique », précise M. Télou.

Plusieurs sous-thème entre autre ‘’l’importance et la place de la documentation et des archives des médias’’ ; ‘’les méthodes de gestion et de conservation des documents écrits et audiovisuels’’ ; et ‘’l’organisation d’un service de documentation et d’archives dans un organe de presse’’ étaient au menu de cet atelier.

La rencontre qui a bénéficié de l’appui technique et financier de l’Organisation des Nations pour la Science, l’Education et la Culture (UNESCO) s’inscrit dans la mise en œuvre du plan stratégique de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC).

Pour le secrétaire général de la Commission Nationale togolaise pour l’UNESCO, les participants doivent saisir cette opportunité pour bien apprécier l’importance de la gestion du fonds documentaire pour les institutions de presse. « Les enjeux sont de promouvoir l’utilisation des normes bibliothéconomiques en vigueur, favoriser le développement de la professionnalisation et des pratiques dans le domaine de la gestion et de la conservation du fonds documentaire », a indiqué Michel Koffi Agboh secrétaire général de la Commission Nationale togolaise pour l’UNESCO.