Deux directeurs de publication sont espionnés par  le gouvernement togolais.  En effet, dans une enquête publiée par Forbidden Stories, ce 18 juillet 2021, il a été révélé que plusieurs journalistes togolais sont placés sous surveillance par la dictature  cinquantenaire des Gnassingbé.

Selon les révélations de l’enquête, sur près de 200 journalistes au monde victimes de l’espionnage via le logiciel Israëlien Pegasus, figurent le journaliste Carlos ketohou, Directeur de publication du journal  L’indépendant Express, le Directeur de publication du Bi-hebdomadaire togolais L’alternative, Ferdinand Ayité, et Luc ABAKI.

D’après le site belge d’information Express international, le journaliste Carlos KETOHOU serait mis sous surveillance depuis 2017.

Le travail d’investigation en question est l’œuvre d’un consortium international de plus de 80 journalistes issus de 17 médias et 11 pays différents, financé par Forbidden Stories.

Le logiciel Pegasus est une technologie israélienne adaptable aux iPhones et aux Androïdes, qui a pour objectif de collectionner des informations via un accès illégal et discret aux données téléphoniques.

Il sied de préciser que le Togo est le seul pays de l'Afrique de l'Ouest à disposer d’une telle technologie. Raison pour laquelle ses services de renseignement (SCRIC) sont généralement aux trousses des journalistes d’investigation.

A quelle fin les journalistes sont-ils espionnés?  La question reste posée.