Le pass-sanitaire sans lequel des milliers de Togolais sont interdits d’accès aux services et institutions de la République et par conséquent privés de service de base, les Turcs en ont fait une serpillère sur laquelle ils ont marché le mardi 19 octobre 2021)  à Lomé.

Tenez! Dans le cadre de la visite officielle qu’entreprend le président turc Recep Tayyip Erdogan à Lomé, il est accompagné par sa femme. Au moment où Faure Gnassingbé et son hôte s’entretenait, la première dame turque et la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Djigbodi Yawa Tsegan inaugurait l’école Maarif, une école turque sise dans la Résidence du Bénin à Lomé.

Après avoir fait poireauter les journalistes togolais qui devraient couvrir l’inauguration, sous le chaud soleil pendant plusieurs heures,  les Turcs leur demandent un test PCR avant d’avoir accès aux locaux. Les journalistes protestent et leur expliquent qu’ici c’est le pass-sanitaire qui est demandé, pass qu’ils ont d’ailleurs sur eux. Mais les Turcs ne l’entendent pas de cette oreille. Ils leur répondent qu’ils ne reconnaissent pas ça et qu’il leur faudrait se soumettre à leur test de PCR ou partir. Et pour montrer aux hommes des médias que c’est eux qui font la loi, les Turcs ont même eu le culot de leur déclarer que leurs autorités sont informées que sans le test PCR,  ils ne couvriront pas l’évènement. Bourdonnement dans le rang des journalistes. Certains appellent leur rédaction. Malheureusement, ils boiront le calice jusqu’à la lie quand les chefs des rédactions mettront la pression sur eux en leur intimant l’ordre de se soumettre au test.

«Malgré nos cartes de vaccination, on nous impose le test. J’ai le cœur gros. Surtout nous entendre dire que nos autorités sont informées,  c’est ça qui m’a plus fait mal», a déclaré un confrère qui a vécu la scène et qui déplore que finalement le test fait le résultat ne leur a pas été communiqué.

 Ainsi va le Togo de Faure Gnassingbé. Les étrangers viennent faire la loi aux Togolais sur leur propre territoire, comme quoi « le Moi n’est pas maître chez lui », pour parler comme un philosophe.

On nous a matraqués dans ce pays que seul le pass-sanitaire nous permettait d’avoir accès au lieu public, maintenant on l’a mais on ne peut en jouir parce que les étrangers en ont décidé ainsi avec l’accord de nos autorités. Sacré pays !!!

En tout cas le Président du Conseil scientifique, le Professeur Didier Koumavi EKOUEVI (photo) et celui du Conseil national de gestion de la riposte contre le COVID-19, le Colonel Mohaman DJIBRIL qui font l’éloge du pass- sanitaire sont interpellés.

Avec la collaboration  de Clarisse AFANOU