Coopération

La première radio nationale togolaise, Radio Lomé se prépare à célébrer son 68e anniversaire. Elle va bientôt recevoir un appui  technique de la part de la République turque.

La toute nouvelle ambassadrice turque au Togo, Esra Demir (photo), a visité ce 29 avril 2021,  les locaux de la station. Elle a indiqué que son pays allait fournir une assistance dans le domaine de la production et de l’utilisation des nouvelles technologies.

Il sied de rappeler  que la Turquie  avait déjà  initié une série de formations destinées aux producteurs ont eu lieu ces derniers mois en ligne en raison de la pandémie.

La  revue annuelle  des Plans de travail biennaux 2020-2021 du Programme Pays Togo-PNUD 2019-2023 s’est ouverte ce mardi 15 décembre 2020  à Lomé, par visioconférence.

Les représentants du gouvernement, des Organisations de la société civile (ONG et associations) et des responsables du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), vont durant trois jours faire le bilan du Plan de travail de l’année 2020, et procéder à l’actualisation du programme pour l’exercice 2021 sur la base de la reprogrammation des activités impactées par les contingences liées à la crise sanitaire.

En 2020, malgré la covid-19, environ 6 milliards FCFA (11 millions de dollars) ont été mobilisés et investis par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), dans une trentaine de projets au Togo en 2020.

« Nous avons tiré les leçons de la pandémie et nous pensons faire mieux en 2021 pour le grand bénéfice des populations togolaises», a déclaré Mactar  Fall, représentant adjoint du PNUD.

Au Togo, le PNUD intervient dans l’atteinte des Objectifs de développement équitable et durable (ODD). L’appui de l’organisation onusienne a permis au pays d’enregistrer des progrès majeurs et rapides dans les domaines prioritaires du PUDC tels que l’éducation, la santé, l’inclusion sociale et financière et les infrastructures socio-économiques, ainsi que dans les secteurs de la bonne gouvernance et de l’environnement.

 

David Malpass (photo), le président de la Banque mondiale, a annoncé ce 26 septembre 2020, lors de l’Assemblée générale des Nations unies sur le financement du développement, un plan d’environ 6 711 milliards FCFA, pour financer l'accès des pays pauvres et en développement au vaccin Covid-19 dès la disponibilité des premières doses les mois à venir.

« L'accès mondial équitable aux tests, aux traitements et aux vaccins est essentiel pour protéger les personnes et assurer une reprise inclusive et résiliente après la Covid-19 (…) Notre objectif est de modifier le cours de la pandémie pour les pays en développement à revenu faible et intermédiaire. C'est un signal du marché aux fabricants qu'il y aura un financement disponible pour les pays en développement et qu'il y aura une demande», a déclaré le président de la Banque mondiale

Ce plan de financement  permettra aux pays pauvres de se procurer  des millions de doses de vaccin Covid-19 pour traiter jusqu'à 2 milliards de personnes sur le continent.

                     

 

 

 La présidente de l’assemblée  nationale  togolaise Chantal  Yawa TSEGAN  était hier lundi  05 avril 2021 au  Mali  pour l’ouverture de la première  session  du  Conseil national de transition (CNT),  organe législatif  de ce pays.

Cet organe  est chargé de baliser  la voie pour un retour à la démocratie au Mali. Lors de son intervention, dame TSEGAN a témoigné sa gratitude à Malick DIAW au président du CNT pour son invitation. Elle a fait l’éloge de la coopération pour  faire face aux défis.  « La seule voie qui offre quelque  espoir d’un avenir meilleur pour toute l’humanité  est celle de la coopération  et du partenariat. » a-t-elle martelé pour parler comme l’ancien prix Nobel de la paix,  Kofi ANNAN.   

Lors de son intervention, Mme Tségan a dénoncé le terrorisme tout en soulignant que le combat contre l’extrémisme passait par le développement, la promotion de l’emploi et l’inclusion.

Rappelons que le Mali  organisera des élections présidentielles en mars 2022 et le Togo s’implique beaucoup dans  la réussite de ce processus.

 

La ferme moderne agricole égypto-togolaise d’Abatchang (FAMETA), fruit du partenariat entre l’Egypte et le Togo, a commencé en ce début du mois d’octobre la récolte de ses  semences. C’est ce qu’appris ce 16  octobre 2020 l’Agence Corps Diplomatic  Togo. 

 La superficie totale de la ferme s’étend sur 150 hectares dont 78 défrichés et disponibles à ce jour pour différentes  cultures.   Ainsi,  on  dénombre 15 hectares de maïs, 17 hectares de riz, 40 hectares de soja et 3 hectares de culture expérimentale de soja et de maïs.

 Pour mener à bien ces cultures, l’Egypte a envoyé deux experts agricoles qui travaillent avec leurs collègues togolais sur le site de la ferme.

La ferme a ainsi permis la redynamisation de la communauté locale et emploie entre 60 à 90 personnes dont la plupart sont des femmes.

 Installée à Abatchang à Lama-Tessi dans la préfecture de Tchaoudjo (340 km au Nord de Lomé),  la ferme a pour objectif de contribuer au renforcement de la recherche agricole, à l'amélioration de la productivité agricole et à la formation des producteurs. Elle  a  été inaugurée le 25 novembre 2017 et la première pierre avait été posée par le Chef de l’Etat togolais, Son Excellence Faure Gnassingbé,  dans une ambiance festive.

La mise en place de cette ferme témoigne les bonnes relations de coopération entre le pays des pharaons et le Togo.  

Soulignons que la diplomatie égyptienne est menée de mains de maître au Togo par l’Ambassadeur Hossam Hussein.  

 

 

La république fédérale allemande à travers sa banque publique KfW, a octroyé une bagatelle somme de 10 millions d’euros soit  6,5 milliards de FCFA au Togo pour le  financement de la 3e phase du Projet d’appui aux pistes rurales (PAPR).

Une somme destinée à financer la réhabilitation et la maintenance des pistes rurales.

La cérémonie s’est déroulée en présence de l’Ambassadeur d’Allemagne au Togo, Mattias VELTIN  et le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya.  

Notons que le projet PAPR est déjà en cours d’exécution pour un montant  global  de 35 millions d’euros avec également un  appui  de l’Agence française de développement (AFD). Le Togo y contribue pour 5 milliards de Fcfa.

Le présent don de la KfW permettra d’élargir le programme aux autres secteurs de productions agricoles et contribuer au désenclavement de certaines zones, a indiqué le ministre.

Il s’agit précisément de la réhabilitation des pistes en zone de production de coton et de café, cacao.

‘Ce programme vise à améliorer l’accès des ménages et des producteurs agricoles aux intrants ainsi qu’aux marchés, en vue de contribuer à l’accroissement de leurs revenus et au développement socioéconomique dans les zones rurales’, a déclaré M. Yaya

Et le ministre de rappeler que les pistes rurales jouent un rôle crucial dans la réduction du seuil minimum de pauvreté des populations rurales, à travers le désenclavement des zones de production et la libre circulation des biens et des personnes.

 

L’agriculture occupe une place importante dans les stratégies de développement. C’est l’un des axes majeurs du programme national de développement (PND).

Le secteur contribue à plus du tiers de la richesse du pays et occupe près de 70% de la population active.

La cérémonie a également connu la présence  des  ministres togolais  des Infrastructures et des Transports, de l'Agriculture ainsi que les représentants de la KfW et de l'Agence française de développement AFD.