Des signes cliniques suspects sur des  volailles malades ont été signalés au sein dans  deux foyers d’exploitation dans les  préfectures  du Golfe et d’Agoè. C’est en tout cas l’information communiquée par  le  Ministre de l’Agriculture Ouro AGADAZI qui a organisé une conférence  de presse ce matin 26 août 2016 à Lomé. Il était question de signaler au public la présence de la grippe H5N1 (grippe aviaire) au Togo et  surtout des efforts déployés tout autour ayant permis de maitriser la situation.

Des analyses se sont révélées positives sur l’existence de le Grippe  H5N1 au sud du Togo précisément dans les  préfectures  du Golfe et d’Agoè.  Heureusement,  les cas de grippe H5N1 ont été rapidement traités après  des diagnostics suivis d’investigations auprès des «foyers sauvages» d’élevage de volailles dans ces deux  préfectures. Une  situation maitrisée  grâce à la collaboration des ministères de  l’agriculture et de la santé avec surtout le soutien technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Précisément, les techniciens de la FAO  ont effectué des analyses sur des  échantillons qui se sont révélées positives à la grippe H5N1. C’est  ce qui  leur a permis de cibler rapidement les foyers affectés par cette  maladie.  Les investigations ont ensuite permis de déceler « des mortalités subites » et massives dont les cailles et les canards. Il a été également noté « une relation entre les deux exploitations à savoir les matériels et les équipements d’élevage ».

Par ailleurs, il faut préciser que «ces foyers d’exploitations n’ont reçu aucune autorisation d’installation et aucun suivi sanitaire, donc le non-respect des mesures prophylactiques »,  à  en croire les propos du Ministre Ouro AGADAZI. C’est  ainsi que  les techniciens sanitaires  de la FAO   ont, procédé à l’abattage, à l’incinération et à l’enfouissement des  cailles, des pintades et des canards. Les œufs de ces volailles n’ont  pas été épargnés ainsi que les aliments leur servant de nourriture.

Il ressort aussi de cette conférence  de presse  que des mesures complémentaires  ont été mises sur pied à la suite des travaux de riposte à la grippe  H5N1. Il s’agit de la surveillance des principaux marchés  des deux préfectures précitées.   Spécialement, l’abattoir des animaux du grand marché de  Lomé, des marchés d’Adétikopé et de Gbossimé. Des prélèvements ont été  effectués dans ces différents marchés. Des  investigations  poursuivent  dans les élevages similaires et  auprès   des clients des fermes incriminées  de Tsévié, d’Agoè, d’Adidogomé ainsi que d’autres.

Helmut PINTO