Le manque d’accès équitable des populations les plus vulnérables aux services sociaux de base  de qualité est toujours ressenti au Togo précisément à l’intérieur du pays dans les milieux ruraux, ce qui est source du déséquilibre régional et des inégalités sociales encore constatés. Il est donc incontournable que les défis de pauvreté et de précarité extrême doivent être relevés au plus vite pour préserver durablement la paix sociale et la cohésion nationale en misant le plus sur l’accès des populations aux services sociaux dans les milieux ruraux, semi-urbains et les quartiers défavorisés.

Il faut croire que c’est l’atteinte de cet objectif est le souci du gouvernement togolais et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) qui ont procédé à l’examen et à la validation des indicateurs du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) au Togo. Cet événement a eu lieu ce mardi 20 septembre 2016 à Lomé en présence de la Ministre du Développement à la base, Victoire TOMEGAH-DOGBE, et de la Représentante Résidente du PNUD au Togo, Madame Khadiata Lo N’diaye. Le programme vise en réalité à contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations vivant dans les zones peu ou mal desservies par les infrastructures et services sociaux et économiques de base et la réduction des inégalités sociales au Togo.

Des enquêtes ont été réalisées en amont avec l’aide de l’Institut National de la Statistique (INSEED) selon la Représentante Résidente du PNUD au Togo. Elle reste persuadée que les cibles ont été bien choisies pour la mise en œuvre de ce programme afin que les résultats soient à la hauteur des attentes. Cette rencontre vise à « présenter, examiner et valider la liste des indicateurs principaux  définis dans le cadre de l’élaboration de la situation de référence ».

Le programme porte sur la période de 2016-2018 avec un budget total de 155.147.034.112FCFA dont 18.000.000.000 F CFA décaissés par le gouvernement togolais selon la Ministre Victoire TOMEGAH-DOGBE. « Mais tout dépendra de l’évolution de la mise en œuvre du programme et de l’accélération de la croissance » a-t-elle laissé entendre.

Helmut PINTO